Publi-information

Pression des ravageurs Malgré le retour de la pluie, les grosses altises sont à surveiller

Corteva

La pression des petites altises dans les colzas a, en général cette année, été assez faible. Depuis le 15-20 septembre, les grosses altises ont démarré leur vol, avec une pression plus ou moins forte selon les régions. Comment évaluer le risque et quand intervenir ?

Altises sur colzaLes altises doivent rester sous surveillance sur colza. (©Corteva)

Si cette année, les petites altises sont restées dans l’ensemble assez discrètes dans les colzas, c’est maintenant l’arrivée des grosses altises qu’il faut surveiller. Dans les Hauts-de-France, d’après le Bulletin de Santé du Végétal, les grosses altises adultes sont signalées mais le risque reste modéré. En Champagne-Ardenne, la pression a augmenté sur les derniers jours de septembre. Des insectes ont été repérés dans 70 % des parcelles et la moitié des colzas sont encore au stade sensible. En Alsace et Lorraine, les grosses altises sont actives, mais le risque de dégâts est estimé « faible à modéré » par le BSV.

De fortes disparités entre parcelles

« En Normandie et à l’ouest de l’Ile de France, les migrations de grosses altises dans les colzas ont démarré entre 15 et le 18 septembre, indique Jean Lieven de Terres Inovia. Il y a une forte disparité dans les niveaux d’infestations et de risque selon les parcelles. Avec le retour des pluies, le colza devrait redoubler de vigueur. » Il estime en effet que, malgré la chute des températures, les sols sont chauds. Le contexte restera poussant dans les jours à venir, si bien que le rapport de force colza-morsures pourrait largement tourner à l’avantage du colza, notamment de ceux qui ont déjà atteint le stade 2 à 3 feuilles.

« En Auvergne Rhône-Alpes, le début de vol observé mi-septembre a été brusquement interrompu par les conditions humides et froides de la dernière semaine de septembre, constate Alexis Verniau de Terres Inovia. Un pic massif de vols est à attendre dès les premiers jours d'octobre, en lien avec la remontée des températures. » Dans le Sud-Ouest, les vols de grosses altises n’ont pas débuté fin septembre. Là encore, il faudra continuer à surveiller les colzas les moins avancés début octobre.

Nuisibles jusqu’au stade 4 feuilles

Les grosses altises ne sortent que la nuit. Pour vérifier leur présence, il est possible de les repérer en début de nuit, dans le colza avec une lampe de poche, ou en installant un piège, une cuvette jaune, enterrée dans le sol.

« Une lutte insecticide doit être envisagée uniquement si le seuil de nuisibilité est atteint, insiste Laurent Ruck de Terres Inovia. Il s’évalue en fonction des dégâts sur les plantes. L’intervention n’est justifiée que si 80 % des pieds présentent des morsures et un quart de la surface foliaire est détruite. » A partir du stade 4 feuilles, les attaques de grosses altises adultes ne sont plus préjudiciables à la culture. Il faudra surtout être vigilant dans les colzas levés avec l’arrivée de la pluie, fin septembre début octobre, pour surveiller les attaques sur des plantes très jeunes, au stade cotylédon ou première feuille.

Quel insecticide utiliser ?

Compte-tenu de la présence clairement identifiée de grosses altises résistantes aux pyréthrinoïdes, dans de nombreuses régions, Terres Inovia conseille d’utiliser un autre mode d’action. « Les traitements de confort ou de nettoyage, ayant uniquement pour objectif de limiter les infestations ultérieures en larves d’altises, ne sont pas recommandés », souligne Jean Lieven.

Quelques noctuelles ou tenthrèdes de la rave ont aussi été signalées localement, mais les attaques sont jusqu’à présent restées très modérées. Les prochains insectes à surveiller dans le colza sont les pucerons du pêcher, avec les tous premiers individus repérés, et les charançons du bourgeon terminal vers le 20-25 octobre.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Chargement des commentaires