Publi-information

Plateformes d'essais "Vigueur du colza" Plusieurs cartes à jouer pour aider le démarrage

Corteva

Les plateformes expérimentales sur le colza, mises en place par Corteva à travers la France, livrent leurs premiers résultats. Isabelle Rougerie, responsable technique oléagineux, note surtout les effets positifs des plantes compagnes sur le nombre de larves d’altises en sortie hiver, et ceux de l’azote en localisé au semis sur la vigueur au départ, en appui de la lutte contre les altises et sur le niveau de biomasse en sortie d'hiver.

Mesures de biomasse de parcelles d'essais colza.Des mesures de biomasse ont été effectuées à l’aide d’un drone sur les parcelles en sortie d'hiver. Les parties les plus claires sont celles où il y a le plus de biomasse et correspondent aux parcelles ayant reçu de l'ammonitrate en localisé au semis.  (©Corteva)

« Nous avons implanté, en août dernier, cinq plateformes d’essais « Vigueur », explique Isabelle Rougerie, responsable technique oléagineux de Corteva, à Quiry-le-Sec dans la Somme, Vergné en Charente-Maritime, Villermain dans le Loir-et-Cher, Mesnil-la-Comtesse dans l’Aube et Montot en Côte d’Or pour couvrir les différentes régions productrices de colza. Notre objectif est d’identifier les facteurs qui améliorent la vigueur au départ du colza, réduisent l’impact des altises et donc sécurisent son implantation. »

Effet positif de l'apport localisé d'azote au semis

L'effet le plus marquant a été celui de la fertilisation au moment du semis. Dans les cinq essais, l'ammonitrate, apporté en localisé sur la raie de semis, avant le 31 août selon les arrêtés préfectoraux en vigueur dans les différentes régions, a amélioré la vigueur du colza, mesuré à 2 feuilles, 4 feuilles et en sortie d’hiver, ainsi que l’indice de floraison. L’apport d’azote au semis a également eu un effet positif sur le niveau de biomasse de la culture en sortie hiver et permis de réduire les dégâts de larves d’altises sur trois plateformes. Un colza plus vigoureux dès le départ permet donc bien d’atténuer sa sensibilité aux ravageurs.

Intérêt des plantes compagnes 

« Les essais confirment aussi l'intérêt des plantes compagnes pour lutter contre les altises, précise Isabelle Rougerie. Nous avons constaté que la présence de la féverole réduisait le nombre de larves d’altises dans les tiges de colza en sortie d’hiver dans quatre plateformes sur cinq. De même, un mélange de vesce pourpre et de trèfle d’Alexandrie, a permis de réduire significativement la présence des larves, dans trois plateformes sur cinq. »

Des innovations sur la semence

Corteva a également mesuré l'efficacité d’un nouveau traitement de semences insecticide, non encore homologué en France, en particulier dans les parcelles les plus infestées par des altises adultes en début d’automne, mais aussi sur le nombre de larves d’altises en sortie d’hiver, dans trois plateformes. « Ce nouveau traitement de semences protège le colza des attaques d’altises adultes jusqu’au stade 3 feuilles, précise la responsable technique. En empêchant les altises de croquer les jeunes colzas, il a permis à la culture de pousser plus rapidement. Il a aussi permis d'éviter le recours à un insecticide foliaire précoce. »

L’ajout d’un biofertilisant dans l’enrobage des semences, solution proposée par Pioneer dans LumiGEN, a également montré son intérêt pour la vigueur au départ du colza, dans deux essais. À noter que toutes les parcelles ont été semées avec la même variété, PT 284 de Pioneer, à l’aide d’un semoir de précision qui favorise une levée homogène et rapide. Elles ont aussi toutes été désherbées en post-levée pour éviter le frein potentiel d'un désherbage de prélevée. Prochaine étape dans le suivi de l’expérimentation : la mesure du rendement, des IFT et les résultats économiques. 

Article initialement publié le 17/06/2020.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires