Publi-information

A l’approche de la récolte Une fin de cycle favorable aux phénomènes de compensation pour le colza

Corteva

La récolte du colza approche. Si la culture a encore été chahutée dans bien des régions, les conditions climatiques ont été plus propices en fin de cycle et devraient permettre au colza de bénéficier de bonnes compensations.

Colza en étéA l'approche de la récolte, Agreste estime que le rendement moyen du colza sera supérieur à celui de l'an dernier au niveau national. (©Image par Kira Hoffmann de Pixabay)

Les conditions d’hiver et de printemps, marquées par de fortes pressions d’insectes et des épisodes de gel, n’ont pas épargné les colzas, cette année, à travers la France. Côté ravageurs, ce sont surtout les grosses altises à l’automne et les fortes pressions méligèthes qui ont pénalisé la culture. Les périodes de gel de début avril ont aussi provoqué localement des destructions de boutons et des avortements de fleurs, notamment dans l’Est, en Hauts-de-France, dans le Centre et en Auvergne Rhône-Alpes. Dans certaines parcelles, la floraison ralentie par le sec et le froid, s’est échelonnée sur plusieurs semaines, parfois plus d’un mois.

Un retour de conditions plus propices

Après un printemps sec et froid, la tendance s’est inversée à partir du mois de mai avec le retour de pluies efficaces et régulières, des conditions favorables à la culture. Résultat, les phénomènes de compensation devraient permettre au colza de tirer son épingle du jeu. C’est notamment le cas dans le Nord-Ouest. « La maturation des siliques et le remplissage des graines sont en cours dans la région, souligne, par exemple, Jean Lieven de Terres Inovia dans la région Normandie-Ile-de-France.  Pour entamer cette dernière ligne droite, la culture a enfin retrouvé de bonnes conditions météo. Des phénomènes de compensations sont attendus cette année. »

Finalement, les rendements devraient être légèrement supérieurs à ceux de l’an dernier. Agreste table, pour ses premières estimations, sur un rendement moyen pour la récolte 2021 en France de 30 q/ha contre 29,3 q/ha l’an dernier.

Premières moissons arrêtées par la pluie

Certains n’auront malheureusement pas la chance d’obtenir un résultat correct cette année. A la mi-juin, les orages qui ont traversé la France, parfois accompagnés de grêles, ont provoqué dans certains secteurs, des dégâts très importants sur les colzas, comme dans la Vienne, la Marne, le sud de l’Aisne et de l’Oise.

Dans la moitié sud, les fortes chaleurs fin juin ont accéléré la maturation du colza et les récoltes ont démarré. Mais les moissonneuses-batteuses ont été arrêtées par le retour des pluies. Dans le Sud-Ouest et en Poitou-Charentes, les premiers échos sont hétérogènes. Quelques bons résultats sont cependant annoncés. Dans les Bouches-du-Rhône, les premières parcelles ont aussi été récoltées. Dans les secteurs qui ont souffert du gel, les rendements ont tout de même été impactés.

Terres Inovia en profite pour rappeler d’attendre avant de récolter qu’il ne reste pas plus que 20 à 30 % de tiges vertes dans la parcelle, afin de ne pas perdre les siliques les plus basses sur la tige. Attention toutefois à ne pas trop retarder la moisson en présence de maladie asséchant les siliques, comme le mycospharaella par exemple, parfois observé dans certaines parcelles cette année.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Chargement des commentaires