Publi-information

Commercialisation Des prix soutenus pour le colza

Corteva

Alors que les récoltes ont été plutôt moyennes cette année en colza, bonne nouvelle, les cours de la petite graine noire ont grimpé depuis plusieurs mois et se situent à des niveaux nettement plus favorables pour les producteurs qu’il y a un an.

Prix du colza Fob MoselleLes prix européens du colza retrouvent des couleurs alors que les cours mondiaux du soja sont plutôt en berne. (©TNC)

Au cours des six derniers mois, les cours du colza en France sont passés de 356 €/t début mars 2019 sur Euronext, livré Moselle (en première échéance cotée), à 385 €/t début septembre et même 390 €/t le 24 septembre. Qu’est-ce qui explique cette embellie ? En règle générale, les cours du colza sont liés à ceux de soja sur le marché mondial. Cette année, ce n’est pas du tout le cas puisque les cours mondiaux du soja, plutôt en berne, n’ont pas empêché les prix européens du colza de retrouver des couleurs.

Tiré par le pétrole

En fait, les prix de ce côté-ci de l’Atlantique bénéficient surtout d’une récolte européenne en retrait, en particulier chez les deux grands pays producteurs que sont la France et l’Allemagne. D'après les dernières estimations de FranceAgriMer, la récolte 2019 accuserait en effet une baisse de 13 %, à 17 millions de tonnes, contre 19,6 Mt en 2018. Ce n’est pas tout. Le prix du colza sur le marché européen est aussi tiré par le biodiesel qui représente l’essentiel des débouchés de l’huile. Il a donc tout naturellement bénéficié de la remontée des cours du pétrole, après les attaques de drones en Arabie Saoudite.

Cela étant dit, le prix sur le marché français s’est stabilisé ces derniers jours et s’est même très légèrement replié. Une explication : pour satisfaire les besoins de l’Europe en biodiesel, les importations restent élevées, avec 1,75 Mt de colza importées depuis le 1er juillet 2019, contre 940 000 t il y a un an.  A-t-on atteint un palier ? Les cours s’orientent-ils plutôt à la hausse ou à la baisse ?

Le cours des huiles sous pression

Le marché mondial du soja reste sous pression à cause d’un niveau de production élevé sur le continent américain, de capacités mondiales d’exportation importantes, et du bras de fer entre la Chine et les États-Unis qui perdure. Pékin cherche à limiter au maximum ses achats de soja en provenance d’Amérique du Nord, et la fièvre porcine africaine, qui touche actuellement les élevages chinois, limite les besoins. L’huile de palme, dont les cours, à Kuala Lumpur, avaient progressé depuis le mois d’août, a également vu ses prix se replier ces derniers jours, pour retomber, le 25 septembre, à leur niveau le plus bas depuis cet été. Dans la foulée, le 26 septembre, le colza de printemps canadien, ou canola, et le colza européen accusaient eux aussi un léger retrait.

Des indicateurs haussiers

Malgré cette pression sur l’ensemble du marché des huiles, le colza Euronext s’est tout de même maintenu au-dessus de la barre des 385 €/t ces derniers temps. Le canola canadien n’est pas encore complètement récolté. Les agriculteurs ont été ralentis par un excès d’humidité, ce qui pourrait provoquer des pertes de rendement et de qualité. L’arrivée précoce du froid pourrait aussi entraîner un gel sur pied des canolas non encore récoltés. Sur le continent américain, le Brésil souffre d’un climat un peu trop sec alors que les semis de soja démarrent et, en Argentine, la situation politique et financière tendue pourrait avoir un impact sur les semis des agriculteurs. Dans un climat incertain pour les marchés des huiles, quelques éléments militent en faveur d’une hausse des cours.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Chargement des commentaires