Publi-information

Géraniums Comment contrôler les géraniums ?

BASF

Envahissants et difficiles à maîtriser, les géraniums sont des adventices problématiques pour la culture du colza. Pour les contrôler, il faut privilégier les rotations longues, s’aider de l’agronomie et intervenir avec des herbicides efficaces dès la mise en place de la culture.

Le géranium est l’ennemi numéro 1 du colza. Selon Terres Innovia, au moins 15 % des parcelles situées dans la zone de culture du colza en France seraient impactées par les géraniums. Avec des situations critiques dans certains secteurs du Centre, de l’Est, de Poitou-Charentes et du Sud-Ouest.

Différents géraniums

Il existe plusieurs espèces de géraniums susceptibles de concurrencer le colza. Le plus commun est le géranium disséqué, présent dans toutes les régions et toutes les cultures. Très représenté également, le géranium mou. Viennent ensuite les autres géraniums (à tiges grêles, à feuilles rondes ou colombin).

Géranium mouGéranium mou.

Les facteurs favorables aux géraniums

Certaines pratiques culturales favorisent la prolifération des géraniums. C’est le cas des rotations courtes, de type colza-céréales, le non-labour et les rotations à base de cultures d'hiver uniquement.

Une nuisibilité qui peut aller jusqu’à 100 %

La nuisibilité des géraniums dépend du niveau d’infestation de la parcelle. Celui-ci peut aller de quelques individus à plus de 400 pieds au mètre carré. Ils forment alors un tapis qui étouffe le colza, obligeant parfois l’agriculteur à retourner sa parcelle. En outre, une forte densité de géraniums rend les colzas plus chétifs, donc plus sensibles aux maladies et aux attaques d’insectes (altises, en particulier).

Colza envahi par des géraniumsColza envahi par des géraniums.

La rotation comme outil pour faire baisser la pression

Dans les rotations à base de colza, les autres cultures ont leur importance. Les géraniums ne se développent pas dans les cultures de printemps, par exemple. Ainsi, lorsque les conditions pédoclimatiques le permettent, l’introduction d’une culture de printemps dans la rotation aura un effet bénéfique sur la pression de géraniums.

Il est également possible d’agir sur les géraniums dans les céréales d’hiver. Les blés ou orges d’hiver se sèment nettement plus tard que le colza. Cela laisse la place pour des faux-semis qui réduiront le stock grainier. Ceci sera ensuite utile pour le colza à suivre.

Gros plan de géranium disséquéGros plan de géranium disséqué.

Les stratégies herbicides

La nuisibilité des géraniums s’exprime dès les premiers stades du colza. Contre cette adventice, il est donc impératif de mettre en place une stratégie impliquant un produit de pré-levée (voire post-précoce, si les conditions météos le nécessitent). Ainsi, le développement des géraniums sera rapidement bloqué. Il existe maintenant plusieurs solutions efficaces en post-levée, qui seront très utiles pour venir en relais afin de finir le contrôle des géraniums.

Les couverts de légumineuses en situations géranium

La technique qui consiste à semer un couvert de légumineuses dans les colzas n’est pas recommandée en zone de géranium. En effet, les programmes herbicides nécessaires pour venir à bout des géraniums sont tous trop agressifs envers les couverts, et les détruisent.

Il existe cependant une exception : les herbicides Clearfield sont globalement plus sélectifs des couverts. Ils permettent d’envisager des programmes de désherbage efficaces et respectueux des couverts, même en présence de pressions géranium modérées. Malheureusement, la technologie Clearfield (qui allie un herbicide de post-levée à des hybrides de colza qui lui sont tolérants) est assez peu développée en France.

Retrouvez tous les conseils de BASF pour optimiser son colza sur opticolza.fr.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires