Publi-information

Couverts associés Désherber les colzas avec un couvert associé de légumineuse

BASF

Depuis quelques années, les agriculteurs français testent la production de colza associé à une légumineuse gélive. Cette technique présente plusieurs avantages et se développe dans la plupart des régions. Elle nécessite d’adapter ses pratiques de désherbage pour réussir.

Intérêt de la technique

L’association d’un colza avec une légumineuse gélive a plusieurs avantages :

  • amélioration de la structure du sol ;
  • impact positif sur la croissance des colzas ;
  • atténuation des attaques de ravageurs (altises et charançons) ;
  • meilleure gestion de l’azote ;
  • gains de rendement.

Pour obtenir tous les effets de cette technique, le couvert doit être en place depuis le semis du colza jusqu’à l’entrée en dormance hivernale de la culture. C’est pourquoi on compte sur le gel pour détruire la culture.

Mise en place du couvert

Les espèces semées sont nombreuses : vesces, gesses, trèfle d’Alexandrie, fenugrec, etc. La féverole est l’espèce la plus répandue, car elle souvent produite sur l’exploitation et aussi car elle tolère mieux les herbicides. Le semis se réalise en même temps que celui des colzas. En fonction du matériel et des espèces semées, les agriculteurs sèment en un ou deux passages.

Par exemple, la féverole peut se semer avec un épandeur centrifuge ; le micro-granulateur sera, lui, plus adapté aux espèces à petites graines.

Dans tous les cas, il vaut mieux privilégier un semis précoce, car plus la légumineuse sera développée avant l’hiver, mieux elle sera détruite par le froid.

Mars 2018, à gauche colza sans couvert, à droite colza avec féverole.Mars 2018, à gauche colza sans couvert, à droite colza avec féverole.

Désherbage

On peut lire parfois que les couverts exercent une compétition sur les adventices et permettent de moduler les doses d’herbicide. Cet effet de compétition est rarement observé. Il est risqué d’utiliser cette technique pour gérer les adventices de la parcelle. D’autres pratiques agronomiques ont plus d’impact.

En revanche, les herbicides peuvent avoir un effet sur les couverts. Toute la délicatesse de cette technique réside dans le désherbage : comment contrôler les adventices sans endommager les légumineuses ?

D’une manière générale cette technique est déconseillée dès que les pressions en dicotylédones sont importantes car les doses de produit nécessaires sont trop importantes pour que les couverts survivent.

On peut classer les herbicides en quatre catégories :

  • Les herbicides de post-levée anti-graminées : ces herbicides sont inoffensifs pour les couverts. Ils permettent de bien contrôler les graminées (à conditions que les pressions ne soient pas trop fortes, nécessitant un passage de prélevée).
  • Les herbicides de pré-levée : appliqués à dose modulée (50 à 70% de la dose homologuée), ils permettent un contrôle partiel des adventices. Les doses les plus fortes sont préjudiciables aux couverts. Pour les produits qui le peuvent, il sera intéressant de les appliquer en post-levée précoce. En effet, à ce stade, ils sont moins agressifs pour les couverts
  • Les herbicides de post-levée antidicotylédones : à part les herbicides Clearfield (voir point suivant), tous les herbicides à spectre antidicotylédones de post-levée détruisent les couverts. Ils sont donc incompatibles avec la technique. Ils restent néanmoins utiles pour se débarrasser des couverts. Dans ce cas, il faudra utiliser ces herbicides juste avant l’hiver ou en sortie d’hiver. Toute application trop précoce ne permettra d’obtenir les bénéfices attendus avec la technique du couvert
  • Cas particulier des herbicides Clearfield : les herbicides Clearfield sont à associer avec des semences qui leur sont tolérantes. Ils ont un large spectre, ils s’appliquent en post-levée, mais surtout ils sont assez peu agressifs envers les légumineuses. Ils peuvent être alors utiles pour mettre en place des couverts associés, même avec des pressions en adventices assez élevées.

Attention : les sensibilités des couverts sont très différentes en fonction des espèces et des herbicides. Les combinaisons sont très nombreuses. Les règles générales énoncées ci-dessus sont utiles pour avancer, mais il convient de s’adresser aux fournisseurs de semences ou d’herbicides pour avoir leur opinion sur une combinaison donnée.

Retrouvez tous les conseils de BASF pour optimiser son colza sur opticolza.fr.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires