Publi-information

INNOVATION L’innovation maïs fourrage vue du ciel

Prévoir la date de récolte de son maïs fourrage est essentiel. Cela se révèle parfois complexe, les conditions climatiques de fin cycle sont différentes chaque année et anticiper n’est pas toujours simple.

KWS

1 journée de récolte conditionne 8 mois d’alimentation de son troupeau

Que ce soit auprès de sa CUMA, son ETA ou bien son voisin, il faut souvent réserver la date de son ensilage plusieurs semaines à l’avance. Avec toujours cette même question, à quelle teneur sera la matière sèche de mon maïs ? En effet, l’évolution de cette teneur peut évoluer plus ou moins vite car chaque fin de saison apporte son lot d’incertitudes avec une météo souvent capricieuse. Ainsi, s’enchaînent les périodes sèches et pluvieuses, les plus ou moins fortes chaleurs d’été et d’automne, voire même parfois sécheresse et canicule comme en 2018.

Pour preuve que cette étape est difficile, en France, chaque année, une parcelle sur deux est récoltée au mauvais stade, parfois trop tôt en dessous de 28 % de matière sèche et souvent trop tard au-dessus de 37 %. Les conséquences pour un élevage sont importantes :

Si je récolte trop tôt :                                                                                             

  • Baisse du rendement par hectare
  • Diminution de la teneur en amidon
  • Baisse de l’ingestion
  • Pertes au silo par écoulement de jus
  • Problèmes de fermentation de l’ensilage

Si je récolte trop tard :

  • Rendement plafonné
  • Diminution de la digestibilité des parois
  • Diminution de la dégradabilité de l’amidon dans le rumen
  • Pilotage de la ration complexifié
  • Baisse possible de l’ingestion
  • Tassement du silo compliqué et échauffement

L’impact financier varie de quelques dizaines à plusieurs centaines d’euros par hectare.

La solution vient de l’espace

Avec cet objectif d’évaluer la maturité des maïs fourrage et prédire la date de récolte, depuis 2014, le semencier KWS a testé et lancé en Allemagne une nouvelle technologie qui associe plusieurs modèles à des images satellite.

En fait, ce procédé, actuellement unique sur le marché, combine 3 types de bases de données :

  • Données météo locales pluriannuelles
  • Données de caractérisation variétale KWS, combinées à des calibrations annuelles au champ
  • Données d’observation culturale parcellaire par satellite

Le principe est simple, via ses capteurs le satellite enregistre les rayonnements solaires émis par les plantes ainsi que ceux émis par le sol, il intègre les interactions terrestres et atmosphériques. Ces informations sont traitées et corrigées via les 3 bases de données du système. Des cartes et des graphiques sont générés ; ils indiquent la teneur en matière sèche instantanée de la parcelle et la date estimée de récolte au stade optimale. Les résultats sont communiqués en temps réel à l’agriculteur.

Testé en France en 2019

En Allemagne, 30 000 hectares ont été suivis par satellite en 2018.

Fort de ce succès, pour la prochaine campagne, KWS propose d’expérimenter cette innovation en France. Les distributeurs vont intégrer cette offre sur quelques nouvelles variétés de maïs fourrage KWS.

Vous aussi, participez à l’aventure vue du ciel et entrez dans la nouvelle ère du maïs fourrage.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également