Publi-information

Débit de connexion Moins de 2 mégas pour un agrinaute sur deux

Terre-net Média

À peine plus d’un agriculteur connecté sur deux dispose d’un débit internet de 2 mégabits ou plus.

Débit de connexion internet des agriculteurs (enquête Agrinautes 2015).Débit de connexion internet des agriculteurs connectés (enquête Agrinautes 2015). (©Terre-net Média)

La fracture numérique entre les villes et les campagnes perdure. Selon l’enquête Agrinautes 2015 (1), 48 % des agriculteurs connectés ont un débit de connexion internet fixe inférieur à 2 mégabits par seconde (Mb/s). Seuls 12 % disposent de plus de 10 Mb/s. Les zones rurales restent moins bien couvertes par les opérateurs que les secteurs citadins.

Cette situation n'évolue que très lentement. En 2011, 54 % des "agrinautes" disposaient de moins de 2 Mb/s, soit six points de plus seulement en quatre ans.

Très haut débit : d'ici 2022 ?

Cette inégalité géographique d’accès au réseau s’observe aussi bien en internet fixe que mobile. Mais avec son objectif de 100 % de couverture très haut débit d’ici 2022, le plan "France très haut débit" adopté en 2013 devrait changer la donne. La fibre progresse en effet. Cependant Hervé Maurey, sénateur UDI de l'Eure et président de la Commission de l'aménagement du territoire et de développement durable du Sénat, et Patrick Chaize, sénateur LR de l'Ain, ont tiré la sonnette d'alarme dès fin 2015 : « Cette couverture se limite aujourd'hui à la partie la plus dense de la zone d'initiative privée (2). La progression risque d'être limitée dans la France périurbaine, et plus encore dans la France la plus rurale ». Espérons que l’appel des sénateurs soit suivi d’actions de l'État et des opérateurs « pour que le numérique contribue véritablement à l'égalité entre les territoires ». 

 

(1) Étude Agrinautes 2015 réalisée par BVA et Tic-agri pour Terre-net Média auprès de 1 286 agriculteurs internautes, interrogés par questionnaire internet Cawi (computer-assisted web interviewing) entre le 15 juin et le 22 juillet. Les résultats sont redressés pour être représentatifs des 195 000 exploitations françaises connectées (source : RGA 2010). La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : région et orientation principale de l’exploitation. / (2) zone gérée par les opérateurs téléphoniques et internet dans le cadre de conventions signées avec l’État et les collectivités.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires