; Flux de matière et travaux nécessaires au fonctionnement d'un méthaniseur
Publi-information

Infographie La méthanisation à l'échelle de l'exploitation agricole

GRDF

L'unité de méthanisation en injection s'inscrit dans une économie circulaire fonctionnant à l'échelle d'un territoire. Zoom sur l'exploitation agricole, au cœur du processus.

processus méthanisationFonctionnement d'une unité de méthanisation en injection. (©GRDF)     APPROVISIONNEMENT

Intrants agricoles :

  • Lisiers, fumiers, fientes
  • Culture dédiée non concurrentielle, ex : ensilage de sorgho ou céréales (la culture principale peut servir d’intrant, dans la limite de 15 % du volume total des intrants incorporés dans le méthaniseur)
  • Culture intermédiaire à vocation énergétique (Cive), ex : maïs ou luzerne
  • Résidus de cultures (ex : paille de blé, menues pailles, résidus d’oléagineux, pulpe de betteraves) + biodéchets (ex : déchets verts, tontes)

+ Déchets de l’industrie agroalimentaire (fruits et légumes, déchets d’abattoirs …),

+ Déchets urbains (biodéchets ménagers ou issus de la restauration collective, des GMS, déchets verts, boues de stations d’épuration…).

 MÉTHANISATION

Temps de travail mobilisé : 1 à 4 h/j

  • au quotidien : réceptionner les intrants extérieurs, alimenter la trémie d’incorporation, contrôler le bon fonctionnement général (température, pH, pression, compteurs, agitateur...)
  • chaque semaine : contrôle des équipements : pompes, moteur, compteurs, organes de sécurité...
  • tous les mois : contrôle des armoires électriques
  • de manière périodique : analyses d’intrants, de digestat, contrôles réglementaires d’appareils, tâches administratives...
  • non prévisibles : la gestion des alertes et des pannes

 VALORISATION

Le digestat peut être épandu sur les terres agricoles et se substituer aux engrais chimiques. La méthanisation conserve environ 90 % de la matière entrante, avec quelques bénéfices à la clé :

  • diminution de la teneur en matière sèche,
  • pH neutre à basique,
  • conservation de la lignine,
  • diminution des germes pathogènes (effet température/temps de séjour)
  • réduction du potentiel de germination des graines d’adventices.

Azote présent majoritairement sous forme ammoniacale : plus rapidement assimilable par les plantes ce qui facilite le pilotage de la fertilisation, mais plus facilement volatilisable, d’où la nécessité d’adapter les pratiques et les matériels d’épandage (pendillard ou enfouisseur).

 INJECTION

Le biogaz est épuré et devient du biométhane, injecté dans le réseau pour une utilisation similaire à celle du gaz naturel. C’est la mesure du volume injecté qui détermine votre rémunération. Un producteur est assuré de vendre, à un tarif fixé par arrêté et pour une durée de 15 ans, le biométhane produit par son installation au fournisseur de gaz naturel de son choix. En fonction de la taille de l’installation, du type d’unité de production et de la nature des déchets valorisés, les producteurs de biométhane bénéficient d’un tarif d’achat compris entre 45 et 125 euros par MWh.

Composition d'une unité de méthanisation.Composition d'une unité de méthanisation agricole en injection. (©GRDF) 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags