Publi-information

Plateforme Herbinnov Nord Moitié moins de vulpins en décalant la date de semis

Bayer

Référente pour la région Nord, la plateforme expérimentale Herbinnov localisée non loin de Roye dans la Somme teste différentes pratiques agronomiques adaptées aux cultures locales afin de maîtriser au mieux les populations de graminées dans les céréales. L'enjeu est de taille avec des infestations de vulpins atteignant 1 200 plantes/m² ! Parmi les leviers explorés sur cinq ans : insertion d’une culture de printemps dans la rotation, décalage de la date de semis, faux semis, labour, désherbage mécanique et utilisation des couverts végétaux.

Plateforme d'essais Herbinnov NordL’exploitation agricole qui accueille la plateforme subit une forte pression vulpin avec 1 200 pieds au m² dans les témoins. Un terrain privilégié pour tester l'efficacité de différentes pratiques de désherbage. (©Bayer)

La gestion des graminées dans les parcelles de céréales est une problématique majeure dans la région des Hauts-de-France. Le site sélectionné pour héberger la plateforme expérimentale Herbinnov en est une belle illustration. La parcelle infestée de vulpins, avec jusqu’à 1 200 pieds/m² dans les témoins, est un support idéal pour tester différentes stratégies de désherbage mixte, conjuguant leviers agronomiques et chimiques.

La quête d’une meilleure rentabilité est aussi l’objectif du travail effectué sur cette plateforme. Le raisonnement technico-économique et la recherche d’alternatives doivent permettre à la fois d’assainir les parcelles et d’obtenir un bilan économique satisfaisant pour l’agriculteur.

Rester pragmatique

Sarah Fatmi, ingénieure technique Bayer en charge de la plateforme d’essais, reste optimiste sur la baisse attendue de la pression des vulpins suite à la mise en place des différents leviers : « L'agriculteur qui nous accueille est vraiment ouvert à la mise en place de nouvelles pratiques, explique-t-elle. Son objectif de rentabilité et de diversification nous donne de la flexibilité tout en nous obligeant à rester dans une démarche pragmatique. »

Deux types de rotation sont prévues : une dite classique avec des cultures d’hiver pois/blé/blé et une qui inclut des cultures de printemps pois/blé/maïs. Trois itinéraires techniques ont été travaillés pour le blé. Le premier « sans agronomie » sert de témoin : date de semis classique et travail du sol superficiel. Dans le deuxième, la date de semis est décalée. Ce report ouvre la possibilité de réaliser un faux semis avant l’implantation. Dans le dernier itinéraire, le blé a été semé en direct dans un couvert de luzerne. L’objectif est de tester l’impact du couvert végétal sur la dynamique de levée des vulpins. La présence de la luzerne doit limiter la levée des graminées sans pour autant gêner le développement du blé.

Évaluer l’apport de l’agronomie sur de fortes infestations

Ces trois itinéraires sont dupliqués sur deux blocs : un avec labour et un sans labour. L’impact du labour sera ainsi évalué à l’échelle de la rotation et non de la parcelle.

Quatre modalités de traitements herbicides sont appliquées sur chacun des trois itinéraires : un passage d’automne, deux d’automne, une application en sortie d’hiver et un traitement d’automne suivi d’un en sortie d’hiver. « Le but est aussi de comparer l’impact des leviers agronomiques sur le long terme, ajoute Sarah Fatmi. Raison pour laquelle nous ne réalisons pas d’essais classiques de comparaison de produits.  Le protocole chimique reste simple. »

Premiers résultats convaincants (automne 2018)

Les comptages effectués sur blé mi-novembre montrent un niveau d’infestation plus faible dans les parcelles semées tardivement : 700 pieds de vulpins/m² de moins par rapport au témoin à la date de semis plus précoce.

Des visites de la plateforme Nord auront lieu en début d’été 2019.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également