Coût de production du blé tendre 217 €/t, le plus haut niveau des six dernières récoltes

| par | Terre-net Média

Le coût de production du blé tendre en 2010-2011 atteint 217 €/t, le plus haut des six dernières récoltes. La hausse des charges, notamment due au prix des engrais et du carburant, compilée à la baisse des rendements, expliquent ce résultat. Selon Arvalis-Institut du végétal, le prix minimum de vente capable de couvrir ce niveau de charges se situe à 176 €/t, compte tenu des aides Pac.

  • -a
  • A+

Les charges complètes de production du blé entre 2010 et 2011 ont augmenté de 6,5 %, principalement du fait de prix des engrais supérieurs de 35 %, pour atteindre 1.546 €/ha. Le prix des carburants en hausse de 25 % et le niveau des amortissements augmentant de 6 % accentuent la progression. Les autres postes ont connu une croissance de 2 à 4 % alors que les produits phytosanitaires sont en léger retrait, de 1 %. Comme les années précédentes, les charges qui pèsent le plus sont par ordre décroissant les amortissements (17 %), les engrais (12 %), les produits de protection des cultures (11 %) et le foncier (11 %). Viennent ensuite les charges de main-d’œuvre (9 % de rémunération familiale et 8 % de salaires et charges sociales). Ces six postes cumulent 68 % du total des charges.

Le coût de production passe, lui, de 186 à 217 €/t du fait du cumul entre poids des charges et baisse du rendement. Exprimé en indice, base 100 en 2010, il augmente de 18 %. C’est le niveau le plus élevé des six dernières récoltes. Cette valeur moyenne masque une grande disparité de situations mais permet de calculer un prix d’opportunité du blé, défini comme le prix minimum de vente capable de couvrir les charges complètes, compte tenu des aides reçues ramenées à la tonne. Celui-ci s'élèverait à environ 176 €/t.

Les charges « complètes » du blé tendre, à la récolte 2010 sont proches du niveau de 2009. Sources Observatoire Arvalis-Unigrains (données Cer-France), Ipampa, enquête Orama. Cliquer pour agrandir.
Les charges « complètes » du blé tendre, à la récolte 2010 sont proches du niveau de 2009.
Sources Observatoire Arvalis-Unigrains (données Cer-France), Ipampa, enquête Orama au 7
octobre 2011, sur un échantillon de 4.000 exploitations françaises. Cliquer pour agrandir. (© Arvalis)

 

Le coût de production « complet » à la tonne, ainsi que le prix d’intérêt, sont les plus élevés des six dernières récoltes. Sources Observatoire Arvalis-Unigrains (données Cer-France), Ipampa, enquête Orama. Cliquer pour agrandir.
Le coût de production « complet » à la tonne, ainsi que le prix d’intérêt, sont les plus élevés des
six dernières récoltes. Sources Observatoire Arvalis-Unigrains (données Cer-France), Ipampa,
enquête Orama. Cliquer pour agrandir. (© Arvalis)

 

 

N.B : Le total des charges est qualifié de « complet », car il comprend une rémunération du capital immobilisé dans l’exploitation, ramené à la culture du blé, ainsi qu’une rémunération de la main-d’œuvre familiale. Ce total est pris en compte dans le calcul d’un coût de production, lui aussi qualifié de « complet ». Par construction, ce dernier sera donc supérieur au coût de production calculé en « réel », à partir de données comptables, ou d’un coût « cash », qui n’intègre que les charges décaissées.

Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

A lire également

DÉJÀ 1 RÉACTION


- M -
Il y a 1021 jours
Ravi de voir enfin une étude qui prend en compte (au moins un minimum! ) la main d’œuvre dans le calcul des couts de production.
Chose qui était largement omise dans grand nombre de parutions auparavant. Merci à son auteur.
Répondre