Publi-information

Essais sur la vigueur des colzas Identifier les clés d’une bonne implantation

Corteva

Corteva a mis en place cinq plateformes expérimentales à travers la France pour tester et identifier les leviers à actionner pour favoriser une bonne levée du colza et assurer sa croissance avant l’hiver.

Colza associé au trèfle et à la vesce.Corteva a implanté le colza avec et sans plantes compagnes, ici il est associé à du trèfle d’Alexandrie et de la vesce pourpre. (©Corteva)

« Le premier enjeu de la réussite du colza est une bonne implantation, souligne Isabelle Rougerie, responsable technique oléagineux chez Corteva. Or, depuis deux ou trois ans, la culture doit faire face à des conditions sèches au moment du semis et une pression des altises qui progresse. À cela peut s’ajouter, dans certaines conditions, le frein provoqué par les applications d’herbicides de prélevée. » Nous l’avons constaté une nouvelle fois cette année, la clé pour que les cultures puissent passer ces différents caps sans difficultés est une bonne implantation et une bonne vigueur au départ.

Cinq sites expérimentaux

Afin de bien repérer les leviers qui favorisent la levée et la croissance du colza au départ, Corteva a mis en place cette année, cinq plateformes « Vigueur » réparties dans les différentes régions productrices de colza : deux dans l’Est, près de Dijon et dans l’Aube, une dans les Hauts-de-France, une dans le Centre et une en Poitou-Charentes. « Dans chacun de ces lieux, notre objectif est d’identifier les facteurs qui vont faire que la culture se développe correctement, précise la responsable technique. L’idéal est que le colza atteigne au moins le stade 8 feuilles avant l’hiver. »

Cinq leviers étudiés

Corteva a travaillé sur plusieurs leviers : la date de semis, les plantes compagnes, l’apport d’engrais en localisé au semis, le recours à un nouvel insecticide en traitement de semences et l’ajout d’un biostimulant. « Le mieux est de semer le colza le plus tôt possible, mais cette année les semis des plateformes ont tous été réalisés à partir de fin août, pour refléter les pratiques des agriculteurs dans les différentes régions, indique Isabelle Rougerie.

Date de semis colzaSur la plateforme expérimentale de l’Aube, Corteva teste plusieurs modalités de conduite dont l’apport d’engrais en localisé. (©Corteva)

Tous les chantiers ont été réalisés avec un semoir de précision. Les parcelles seront toutes désherbées en post-levée pour restreindre les facteurs limitants au démarrage. Nous avons comparé un semis sans culture associée et deux types de plantes compagnes, des féveroles seules et des mélanges trèfle d’Alexandrie-vesce pourpre. » Corteva a aussi testé la distribution, ou non, d’un engrais localisé au semis pour doper le colza à la levée.

Un nouvel insecticide en traitement de semences

La firme s’est également focalisée sur le traitement de semences insecticide en expérimentant un produit non encore autorisé en France, mais déjà homologué dans d’autres pays européens. Celui-ci a été testé associé, ou non, à un biostimulant. Ces différentes modalités sont croisées avec un ou deux traitements insecticides foliaires afin d’étudier la meilleure stratégie possible pour limiter les dégâts des ravageurs à l’automne. « Toutes ces modalités donnent un nombre de parcelles très important sur chaque site, ajoute Isabelle Rougerie. L’ensemble des essais sera récolté et les bénéfices sur le rendement de ces différentes techniques mesurés. Les premières observations semblent très instructives. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Chargement des commentaires