• S'abonner

L'agriculture fait rouler 25 % des voitures essence en France

Biocarburants

| par Matthieu Freulon | Terre-net Média

En ce début d'année, la Collective du Bioéthanol dresse un état de santé de la filière des biocarburants. Avec une consommation de E85 en hausse de 41 %, et le SP95-E10 qui s'est mieux vendu que le SP98 sur 12 mois consécutifs, les responsables de la filière ont de quoi sourire.

  • -a
  • A+
Les biocarburants séduisent de plus en plus les automobilistes français
La France est le premier producteur européen de bioéthanol et le deuxième consommateur.
(© Collective du Bioéthanol)

La Collective du Bioéthanol (CB), créée en 2007 par l'Association Interprofessionnelle de la Betterave et du Sucre, Passion Céréales et le Syndicat National des Producteurs d'Alcool Agricole, vient de présenter les résultats de la filière française du bioéthanol. Ce qu'il faut retenir, c'est que l'année 2012 restera comme charnière, car pour la première fois, sur 12 mois consécutifs, les automobilistes français ont préféré le SP95-E10, qui comme son nom l'indique contient 10 % de bioéthanol, au SP98. Dans le même temps, l'autre biocarburant contenant du bioéthanol, le superéthanol ou E85, a vu ses ventes françaises progresser de 41 %.

Une économie de 60 centimes par litre

Du bioéthanol dans
toutes les essences

SP 95 ⇒ 5 % max
SP 98 ⇒ 5 % max
SP95-E10 ⇒ 10 %
E85 ⇒ 85 %

Le succès des biocarburants s'explique avant tout par leur prix à la pompe. Le litre de SP95-E10 est en moyenne 5 à 7 centimes moins cher que le SP95 (chiffres CB). La différence est encore plus importante entre le E85, dont le prix moyen relevé en janvier 2013 est de 0,93 €/l, et le SP95, environ 60 centimes de moins par litre ! Soit en moyenne 0,43 centimes par litre en tenant compte de la surconsommation d'un moteur FlexFuel (utilisant le superéthanol). La CB explique par ailleurs que l'éthanol améliore la qualité de combustion de l'essence, car il augmente l'indice d'octane.

Ce plébiscite s'explique également par l'élargissement du réseau de distribution, car « le premier critère d'achat est la proximité d'un point de distribution » insiste Sylvain Demoures, secrétaire général du Syndicat National des Producteurs d'Alcool Agricole. Aujourd'hui, sur les 11.500 stations services que compte la France, plus de 4.000 distribuent du SP95-E10 et 300 proposent du E85.

Un rôle à jouer sur la scène internationale

Ces bons résultats sont toutefois à relativiser. En effet, aujourd'hui en France près de quatre voitures sur cinq roulent au diesel. Sur la totalité du parc automobile français, la proportion circulant au SP95-E10 et E85 est donc d'environ 5 %. Malgré tout, cette part pourrait progresser dans les prochaines années au vu de la convergence des consommations des moteurs essence et diesel, mais aussi des prix du litre de diesel et de sans plomb.

Pour conclure, que l'on soit convaincu ou non de leur intérêt pour l'environnement (démontré par une étude de l'Ademe en 2010), les biocarburants sont bien là et, le contexte économique aidant, séduisent de plus en plus les français. Mais au delà du côté éco-responsable de la réduction des émissions de gaz à effet de serre, et de la dimension sociale de la filière avec 5.000 emplois agricoles et industriels, les biocarburants ont un rôle à jouer sur la scène internationale dans la quête de l'indépendance énergétique de l'Union européenne.

La Collective du Bioéthanol répond à trois a priori sur les biocarburants

  • « Le bioéthanol affame la planète »
    Réponse de la CB : La production européenne de bioéthanol s'accompagne de co-produits, comme les drêches et pulpes, qui sont valorisées en alimentation animale. De plus, cette production représente 1 % de la Sau française.
  • « Le bioéthanol, ça ne marche pas »
    Réponse de la CB : Les carburants contenant du bioéthanol permettent de réaliser une réelle économie. Le SP95-E10 est désormais plus vendu en France que le SP98. De plus les ventes de E85 ont progressé de 41 % en 2012.
    En 2010, une étude de l'Ademe, prenant en compte l'intégralité du cycle de vie du bioéthanol, "du champ à la route", a par ailleurs démontré qu'il permettait de réduire les émissions nettes de gaz à effet de serre de plus de 50 % en moyenne.
  • « Le bioéthanol est responsable de la déforestation »
    Réponse de la CB : La directive européenne "énergies renouvelables" garantit le strict respect de critères de durabilité précis, et notamment l'absence de culture dans les zones à forte teneur en carbone.
 

A lire également :

Biocarburants et betteraves - Alain Jeanroy (Cgb) : « Une alternative économiquement intéressante pour les agriculteurs »

Biotechnologie - Du carburant synthétisé avec du soleil et du CO2 par des bactéries en 2014 !

Autres infos déjà publiées concernant les biocarburants :

(25/07/12) Les biocarburants s'essoufflent en Europe - La production à la peine

(12/04/12) Biocarburants - Dans la Marne, la France tente de passer la deuxième

(29/02/12) Biocarburants - Les industriels demandent le maintien des allègements fiscaux

(03/01/12) Biocarburants - Le biodiesel à base de colza concurrencé par les huiles usagées importées

 


Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net