Analyse et cotation du blé tendre

Tendance des prix

1 semaine 15 jours à 1 mois à 3 mois
Blé tendre

Blé tendre ( prix en €/T)


Hag 220 mini / P 10.5%

Epoque Chartres ou paritéCreil(FOB)Dunkerquela PalliceMoselleRouen (Rendu)
juillet - Recolte 2014 -NC--NC--NC-200€/T191€/T-NC-

Standard

Epoque Chartres ou paritéCreil(FOB)Dunkerquela PalliceMoselleRouen (Rendu)
juillet - Recolte 2014 181€/T190€/T196€/T-NC-191€/T192€/T

Analyse quotidienne du 12/12/2014

Exclusivité abonné PRO
Pour accéder au contenu du jour :

Nous vous proposons toutefois l'analyse du 12/12/2014 :

La chute des cours du blé depuis le début de semaine aura permis d'apporter un second souffle au marché. En effet, beaucoup d'acheteurs profitaient de l'accentuation du repli hier pour revenir aux achats. A l'international le blé français s'est d'ailleurs illustré avec la vente d'un bateau de 60 000 t à l'Egypte à 262,6 $/T CAF aux cotés de deux bateaux de 60 000 t russes légèrement plus chers à 263,1 $/T CAF. Ainsi après avoir manqué le dernier tender, l'origine française vient de regagner en compétitivité. Les chiffres exports européens pourraient donc se reprendre dans les prochaines semaines. Car en effet sur la semaine écoulée ils sont en demi-teinte avec 344 000 t de certificats exports octroyés, soit près la moitié moins que le rythme moyen de ces 5 dernières semaines. Le marché attend désormais de nouvelles informations des récoltes de l'hémisphère sud et de leurs réelles qualités. En Argentine, la moisson avance entre les pluies et atteint les 53,5 % de réalisation selon la Bourse de Rosario. La Russie, quant à elle, ne cesse de souffler le chaud et le froid. En effet, des rumeurs de hausse du prix d'intervention en Russie se sont répandues hier soir malgré le démenti d'importants traders, provoquant une large vague d'achats de la part des fonds et dopant de nouveau les cours du blé à Chicago.


Analyse hebdomadaire du 15/12/2014

Le blé Euronext a terminé en forte hausse vendredi, rattrapant ses pertes de début de semaine, tiré notamment par les déclarations du ministre de l'Agriculture russe. En effet, le ministère de l'Agriculture russe a annoncé qu'il envisageait toutes les solutions pour limiter les exportations, et couvrir la demande interne. Cette annonce a fait bondir les prix, même si la mise en place de solutions limitant les exportations ne devrait pas avoir lieu avant le printemps prochain, période à laquelle les premières estimations de récolte précises auront lieu. Si les récoltes sont abimées, ce qui est possible compte tenu de la fonte des neiges actuelle due à des températures inhabituellement douces, laissant le blé vulnérable à toute baisse des températures, alors le gouvernement prendra probablement des mesures pour limiter les sorties de blé du pays.

En France, le bilan a été revu à la hausse de plus de 200.000 tonnes confirmant la lourdeur du marché. Cette hausse des stocks de fin de campagne est principalement le fait d'une baisse de la consommation de la part des fabricants d'aliments du bétail, qui sont incités à incorporer du maïs à la place du blé dans les formulations qui le permettent, en raison d'un rapport de prix plus favorable. Les prix français restent donc inscrits dans un range, tirés vers le bas par un bilan lourd, mais qui permettent d'être compétitifs sur la scène internationale, ce qui tire les prix vers le haut. Mais lorsque les prix deviennent trop chers, alors ils perdent en compétitivité au profit d'autres origines comme la mer Noire.

Évolution des cotations



Cliquez sur un point du graphe pour avoir les alertes de la période

Autres cotations :