Accueil > Engrais > Uree

Cotations de l'engrais urée

Tendance de marché

Tendance de prix à 7 jours pour l'azote (N), le phosphore (P) et le potassium (K) :

N P K
Ce contenu est réservé aux abonnés .
Pour en savoir plus, cliquez ici.

Cotation physique

Cotation Dernière cotation Variation Date
Départ port 315 322 variation-7 21/10/2014


Voir l'évolution des cours sur :

Engrais azotés - Analyse

Exclusivité abonné PRO
Pour accéder au contenu du jour :

Cependant, nous vous proposons de visionner l'analyse du 30/09/2014 :
Marchés stabilisés mais peu enclins à baisser - 30/09/2014
Après avoir fortement progressé, les cours de l’ammoniaque se sont désormais stabilisés et exercent donc moins de tensions haussières sur les autres marchés azotés. Néanmoins, l’autre marché directeur qu’est l’urée demeure particulièrement demandé sur la scène internationale. La Chine a ainsi exporté plus de 6,6 Mt d’urée depuis le début de l’année, en particulier à destination de l’Inde ou des USA. L’Inde a d’ailleurs réalisé un achat record la semaine dernière, en organisant un appel d’offres pour importer 1.8 Mt d’urée. Les disponibilités chinoises en urée, qui paraissaient colossales au début de l’année, commencent ainsi à être de plus en plus sollicitées. Dans ce contexte de tensions toujours vérifiées en urée, les cours de la solution azotée ou de l’ammonitrate sont maintenus à un niveau élevé. Qui plus est, la décision de l’Union européenne de renouveler les taxes anti-dumping sur les exports d’ammonitrate russe paraissent être de nature à limiter les disponibilités et donc à maintenir les prix à un niveau haut.
 

Engrais de fonds - Analyse

Exclusivité abonné PRO
Pour accéder au contenu du jour :

Cependant, nous vous proposons de visionner l'analyse du 30/09/2014 :
Des engrais plus affectés par le recul des grains - 30/09/2014
Les cours des engrais de fond semblent plus directement affectés par le repli des matières premières agricoles. Les importations de la part des producteurs au Brésil ou en Inde semblent ainsi relativement mornes ces derniers mois tant en phosphate qu’en potasse. En potasse, la reformation du cartel entre les producteurs géants Belaruskali et Uralkali semble toujours à l’état de projet mais les partenaires ne sont toujours pas parvenus à  s’accorder sur les détails de la finalisation. Une éventuelle limitation volontaire des productions n’est toujours pas d’actualité. Pour ce qui est de la potasse, le marché est particulièrement peu animé, pris en tenaille entre une baisse légère baisse des cours sur la scène internationale et la faiblesse de l’euro qui renchérit les importations européennes.

Autres cotations :