Glyphosate Macron promet une « start-up d'État » post-glyphosate

AFP

La France s'apprête à créer une « start-up d'État » pour donner une visibilité aux agriculteurs qui abandonnent ou n'utilisent pas de glyphosate, a annoncé mardi le président Macron.

« On fera l'annonce dans quelques jours ou quelques semaines, moi j'ai demandé (cette start-up) aux équipes (...), parce que je ne lâche jamais une bataille », a affirmé le chef de l'État, interrogé sur sa politique de sortie du glyphosate en trois ans lors d'une rencontre avec des entrepreneurs à Paris. « Créons une start up d'État, qu'on va incuber, on va voir comment on l'appelle » avec un message disant « je m'engage contre le glyphosate », a expliqué le président de la République.

« Tous les agriculteurs qui sont prêts à y aller s'inscrivent, rendent la chose visible, mettent la pression sur les autres, créent de la traçabilité pour dire tout ce qui est fait sans glyphosate », a poursuivi le chef de l'État.

Emmanuel Macron a fait cette proposition lors d'une rencontre avec les filières et interprofessions agricoles mardi matin à l'Elysée, a-t-il dit. « Il y en a qui sont en train de me dire on sort du glyphosate en deux ans et on le fait grâce à la technologie », a-t-il rapporté.

Le chef de l'État a à nouveau défendu la stratégie du gouvernement de sortie du glyphosate en trois ans, avec un accord européen en cinq ans. « Quand j'ai été élu président, la discussion européenne, elle était pour savoir si on redonnait quinze ans (de plus) au glyphosate. On a obtenu cinq ans », a-t-il fait valoir. « Je ne suis pas du tout d'accord pour dire que le lobby des pesticides a gagné. C'est faux ou c'est trop facile », a-t-il dit à un entrepreneur qui soutenait l'inverse. « Les lobbies sont démagogues et parfois les ONG l'ont été aussi dans le jusqu'au boutisme », a soutenu le chef de l'État.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous