Baromètre agricole Terre-net Bva Avec 69 % de bonnes opinions, Alain Juppé détrône Bruno Le Maire

Terre-net Média

Doté d’un indice de popularité au zénith, le retour sur la scène politique de l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac disqualifie les ténors de la droite de l’ère Sarkozy. La nomination de Manuel Valls au poste de Premier ministre n’a pas non plus laissé les agriculteurs indifférents.

Alain Juppé, maire de Bordeaux. L'ancien premier ministre de Jacques Chirac entre 1995 et 1997, est candidat à la primaire de l'Ump pour l'élection présidentielle de 2017.Alain Juppé, maire de Bordeaux. L'ancien premier ministre de Jacques Chirac entre 1995 et 1997,
est candidat à la primaire de l'Ump pour l'élection présidentielle de 2017. (©Facebook)
 

En six mois, l’opinion des agriculteurs à l’égard des personnalités de droite comme de gauche a été chamboulée.

A droite, les agriculteurs préfèrent dorénavant Alain Juppé, « le meilleur d’entre nous », aurait commenté Jacques Chirac en analysant le baromètre agricole Terre-net Bva. La réélection à la mairie de Bordeaux en mars dernier de cet ancien Premier ministre de Jacques Chirac, et son retour en première ligne sur la scène politique n’ont pas laissé les agriculteurs indifférents. Avec 69 % de bonnes opinions, ils l'ont placé en tête des personnalités politiques du baromètre agricole Terre-net Bva, où il figure dorénavant. Il relègue à la seconde place Bruno Le Maire, l’ancien ministre de l’Agriculture au zénith pendant plusieurs mois. Mais avec 64 % de bonnes opinions et un indice de popularité de 35 %, ce dernier est le plus populaire des ministres de l’ancien gouvernement Fillon. Toutes les autres personnalités de l’ancienne majorité sont affaiblies par le retour réussi d’Alain Juppé !

Avec 50 % de bonnes opinions, l’indice de popularité de François Fillon perd 17 points mais reste positif. Par contre, les agriculteurs ont relégué l’ancien président de la République en position d'outsider avec seulement 46 % de bonnes opinions et surtout un indice de popularité en chute libre. Négatif (- 4 %), il a baissé de 28 points en six mois. Nicolas Sarkozy n’a pas laissé un bon souvenir auprès des agriculteurs lorsqu’il était président de la République.  

La tornade "Juppé" sur l’échiquier politique a même ébranlé la popularité de Marine Le Pen qui, avec 36 % de bonnes opinions, perd six points d’indice de popularité. En revanche, François Bayrou conserve un capital de bonnes opinions plutôt stable par rapport à son niveau de mars dernier.

Popularité des hommes de gauche

A gauche, Manuel Valls, Premier ministre, est devenu l’homme politique dont les agriculteurs ont la meilleure opinion. Il fait son entrée dans le baromètre agricole Terre-net Bva en recueillant 33 % de bonnes opinions et en reléguant à la seconde place son ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll (26 % de bonnes opinions). Mais ces scores sont largement inférieurs à ceux d'Alain Juppé et de l’ensemble des personnalités de droite, même celles qui ont perdu du terrain.

Ceci dit, notons que la loi d’avenir et la réforme de la Pac adoptées et entrées en application n’écornent pas particulièrement la popularité du ministre de l’Agriculture (26 % de bonnes opinions mais avec un indice de popularité très négatif). Avec le Premier ministre, ils devancent largement François Hollande, le président de la République, qui ne recueille que 7 % de bonnes opinions.

Affaiblissement de la notoriété des responsables syndicaux

Du dernier baromètre agricole Terre-net Bva, c’est en revanche la notoriété des leaders syndicaux auprès des agriculteurs qui ressort affaiblie. A croire qu’ils les rendent davantage responsables que Stéphane Le Foll de la conjoncture économique et politique de l’agriculture. Xavier Beulin voit son indice de popularité baisser de 16 points et devenir négatif (- 9 points). 47 % des agriculteurs ont dorénavant une mauvaise opinion du président de la Fnsea contre 37 % une bonne.

Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne reste toujours aussi peu connu auprès des agriculteurs. Il ne tire aucun profit des combats auxquels se livre son syndicat contre la ferme des 1.000 vaches ou contre la construction de l’aéroport de Notre-Dame des Landes.

En fait, hormis Xavier Beulin, il faut déplorer que les représentants syndicaux restent très peu connus auprès des agriculteurs. Dacien Ciolos, le commissaire européen à l’Agriculture sur le départ, n’aura pas non plus en cinq ans de mandat, réussi à être bien identifié.

Echantillon de 480 agriculteurs professionnels, connectés à Internet âgés de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliquées aux variables suivantes : régions, et orientation principale de l’exploitation (grandes cultures / polyculture-élevages / autres : viticultures-arboriculture-maraîchage)-Source RGA 2010 Enquête réalisée par internet du 24 septembre au 6 octobre 2014.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous