Chambres d’agriculture et APCA Une structuration révisée et de nouvelles têtes pour la mandature qui démarre

Arnaud Carpon, avec AFP Terre-net Média

Claude Cochonneau (FNSEA) a été réélu mercredi pour six ans, président de l'Assemblée permanente des chambres d'agriculture par les présidents de chambres départementales et régionales. Pour cette nouvelle mandature, l’APCA modifie sa structuration en commissions.

Élection des membres du bureau de l'APCALes membres du bureau de l’APCA ont été élus mercredi 20 mars 2019. (©Terre-net Média) 

Arrivé en 2016 à la tête des Chambres, Claude Cochonneau succédait à Guy Vasseur qui souhaitait quitter la présidence de l'APCA avant la fin de son mandat. Pour garder les rênes de l’APCA six ans de plus, Claude Cochonneau a dû au préalable être réélu à sa chambre départementale de la Sarthe et à la présidence de la chambre régionale des Pays de Loire, après les élections qui se sont déroulées dans toute la France en janvier.

La FNSEA, alliée aux Jeunes Agriculteurs (JA), est arrivée largement en tête de ce scrutin avec 55,44 % des voix, suivie de la Coordination rurale (20,17 %) et de la Confédération paysanne (18,66 %).

Les présidents de chambres départementales ont été renouvelés dans 40 chambres sur 109. Les femmes représentent un tiers des élus dans les chambres et sont à la tête de sept chambres départementales. « Quasiment tous les membres du bureau conduisent, sur leur exploitation, une activité de diversification », a par ailleurs évoqué Christophe Hillairet, président de la chambre de région Ille-de-France et secrétaire général de l’APCA.

Nouvelle organisation de l’APCA

Cette nouvelle composition s’accompagne, pour l’APCA, d’une modification de son fonctionnement interne. La structure nationale regroupant l’ensemble des chambres d’agriculture se dote désormais de trois commissions – l’une sur l’ élevage, l’autre sur les productions végétales, une troisième baptisée «  Entreprise et économie » - et de deux autres commissions « transversales » : «  environnement » et «  territoires ».

« La commission élevage a désormais un périmètre élargi à toutes les problématiques des activités d’élevage. La commission pour les productions végétales est toute nouvelle. Elle n’existait pas auparavant », a expliqué Sébastien Windsor, nouveau premier vice-président de l’APCA.

Questionnés sur la baisse significative de la participation des agriculteurs au scrutin, les nouveaux leaders de l’APCA ont expliqué que leur « rôle était de redonner de l’appétence au rôle et aux missions des chambres d’agriculture auprès des agriculteurs ».

Les représentants fraîchement élus ont aussi évoqué les priorités et « gros dossiers » des chambres d’agriculture pour cette nouvelle mandature de six ans. Parmi les priorités, « le renouvellement des générations reste la première problématique », dans une période charnière au cours de laquelle plus de la moitié des agriculteurs auront à transmettre leur exploitation. « La pression foncière » reste aussi la difficulté sous-jacente à l’installation et à la transmission.

À plus court terme, c’est l’Europe qui risque de focaliser l’attention de l’APCA. Avec, dans un premier temps, le Brexit et ses conséquences négatives envisagées pour le secteur agricole. Après les élections européennes du 26 mai 2019, la rentrée d’automne s’annoncera également chargée, avec la reprise des négociations pour la réforme de la Pac.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous