70e congrès de la FNSEA Stéphane Le Foll copieusement hué et sifflé tout au long de son discours

Terre-net Média

Stéphane Le Foll intensément sifflé et hué pendant l’intégralité de son discours, des agriculteurs quittant la salle ou restant dos à la salle en tenant des parapluies... : la clôture du 70e congrès de la FNSEA marque l’opposition frontale du syndicat majoritaire avec l’action du ministre de l’agriculture.

Stéphane Le Foll prononce son discours devant des agriculteurs dos à lui. En clôture du congrès de la FNSEA à Laval, Stéphane Le Foll prononce son discours devant des agriculteurs dos à lui. (©Terre-net Média)

En clôture du 70e congrès de la FNSEA ce vendredi 1er avril 2016, Stéphane Le Foll s’est fait huer et siffler pendant toute la durée de son discours. Arrivé peu après midi, le ministre a essuyé les sifflets et les huées des agriculteurs dès son entrée dans la salle.

[Audio] Ambiance, ambiance pendant le discours de Stéphane Le Foll au congrès de la FNSEA

Des représentants avaient annoncé que le ministre se ferait accueillir « chaudement ». Stéphane Le Foll savait bien que sa visite serait rude. En fait, l’objectif d’une bonne partie des congressistes était de faire plus de bruit que le ministre, coûte que coûte.

Dès que le ministre a entamé son discours, certains agriculteurs ont commencé à quitter la salle, quand d’autres se sont retournés, dos à la scène et au ministre. Ils sont restés ainsi pendant tout le discours, certains cachés sous des parapluies jaunes, comme pour se protéger de la parole ministérielle. « Arrête de mentir », lâchent des producteurs au fond de la salle, entre les huées et le claquement des chaises sur le parquet de la salle polyvalente de Laval.

Au pupitre, Stéphane Le Foll est resté imperturbable face aux huées et aux sifflets des agriculteurs. Au pupitre, Stéphane Le Foll est resté imperturbable face aux huées et aux sifflets des agriculteurs. (©Terre-net Média)

Mais Stéphane Le Foll est resté imperturbable. Il était sans doute hors de question d’arrêter prématurément son propos et de se plier ainsi à la contestation face à lui.

Le face à face n’a pas eu lieu, mais un dos à dos

« Vous fêtez les 70 ans de la FNSEA, mais ce n’est pas la fête », lâche Stéphane Le Foll en terminant son discours. Le ministre quitte la scène. Xavier Beulin, qui « n’avait donné aucune consigne pour l’accueillir », le remercie « tout de même » d’être venu, avant de justifier la protestation de la salle : « les agriculteurs ont l’impression que leur ministre et les élus leur tournent le dos. C’est ce que les producteurs ont voulu exprimer ici. » Stéphane Le Foll quitte la salle et le congrès sans même échanger ne serait-ce qu’un mot avec le président de la FNSEA.

Avec la crise agricole, le 70e anniversaire de la FNSEA semble marquer l’opposition frontale entre les agriculteurs de la FNSEA et Stéphane Le Foll. Ce n’est pas un face à face qui a eu lieu à Laval, mais un dos à dos.

Après cet épisode, les représentants de la FNSEA peuvent-ils encore discuter avec le ministre ? « Bien sûr que oui », assure Xavier Beulin répondant aux journalistes. Mais les relations entre les deux risquent d’être un peu plus tendues encore.

Xavier Beulin lors du 70e Congrès de la FNSEA Xavier Beulin lors du 70e Congrès de la FNSEA (©Terre-net Média)

Avant que le ministre intervienne en tribune, le président de la FNSEA a listé, dans un discours fleuve de douze pages, tous les griefs que le syndicat porte à l’encontre de l’action – ou l’inaction – de Stéphane Le Foll. Il s’agissait, en quelque sorte, d’un réquisitoire d’une assemblée de jurés jugeant inefficace l’action du Gouvernement en faveur de l’agriculture.

Tous les sujets y sont passés : du compte pénibilité aux mesures du plan d’urgence, en passant par l’excès de normes et les fameux certificats d’économies de produits phytosanitaires, dont la FNSEA ne veut pas. « Cette crise est lourde de drames humains » introduit Xavier Beulin. « Allons-nous subir le même sort que l’industrie textile ? »

Pour tous les dossiers, la FNSEA reproche finalement au ministre de l’agriculture l’absence ou le manque de concertation avec le syndicalisme majoritaire pour définir les orientations et décider de mesures.

Le syndicat assume et revendique même la « cogestion » que d’autres lui reprochent si souvent. La FNSEA estime « représenter la majorité légitime incarnant la diversité de l’agriculture française. » Les syndicats minoritaires, qui réclament sans cesse de ne pas être oubliés dans les débats et qui veulent imposer le pluralisme syndical malgré la majorité absolue du couple FNSEA-JA, apprécieront.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous