Projet loi d’avenir pour l’agriculture « La ferme des 1.000 vaches est le cas d’école de ce que l’on ne veut pas »

Terre-net Média

La Confédération paysanne et des organisations « amies » comptent particulièrement sur les députés écologistes pour que le projet de loi débattu à l’Assemblée nationale inscrive « l’agriculture dans un nouveau modèle qui ne détruit pas les paysans et les territoires ».

Laurent Pinatel, porte parole de la Confédération paysanne, devant l'Assemblée nationale à Paris.Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne, devant l'Assemblée nationale à Paris. (©Confédération paysanne.)Tout le « gratin » écologiste a répondu à l’appel à la mobilisation de la Confédération paysanne devant l’Assemblée nationale ce 7 janvier 2014 alors que le débat sur le projet de loi d'avenir de l’agriculture débutait. Laurent Pinatel, porte-parole du syndicat et ses secrétaires nationaux mais aussi, des représentants et des leaders des Amis de la Confédération paysanne, d'Europe Ecologie -Les verts, de Novissen, de Ciwf et d’Agir pour l’environnement, etc., (1), ont fait de nouveau du lobbying pour que ce texte de loi porte les germes d’un nouveau modèle de l’agriculture. Et ils comptent tous sur les députés Europe écologie-Les verts (Eelv) pour être leur relais au sein de l’hémicycle de l’Assemblée nationale.

En quittant les bancs du parlement quelques minutes pour rejoindre la centaine de manifestants, Brigitte Allain et Yves Daniel, « députés paysans » de Dordogne et de Loire-Atlantique, leur ont assuré qu’ils « allaient continuer à travailler le texte pour faire avancer les choses ». Ils tenteront de faire « voter des amendements visant à défendre un modèle de l’agriculture qui ne détruit pas les paysans et les territoires ».

En fait, le texte de loi ne sera acceptable que s’il comporte des mesures visant à renforcer le contrôle des structures dans tous les départements, s’il favorise l’installation et s’il interdit le développement des élevages industriels. « La ferme des 1.000 vaches est le cas d’école d’exploitation que l’on ne veut pas », a déclaré Laurent Pinatel. Une telle ferme de 1.500 ha, sans compter les hectares nécessaires pour faire fonctionner le méthaniseur, symbolise tous les dysfonctionnements de la politique agricole actuelle. « Elle couvre une surface plus importante que les 16 fermes laitières des 30 éleveurs de mon village », a ajouté Laurent Leray, secrétaire général du syndicat.  

(1) Pour en savoir plus : Novissen: http://www.novissen.com/Pages/default.aspx Ciwf: http://www.ciwf.fr/ Agir pour l’environnement: http://www.agirpourlenvironnement.org/ L214: http://www.l214.com/

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous