Prolifération des sangliers Les chasseurs responsables ?

Leslie Gadal Terre-net média

L'association Les Robins des Champs composée d'agriculteurs, défend les exploitants victimes récurrentes des sangliers, et dénonce la main mise des chasseurs, qu’elle juge responsables de la prolifération des hardes. Lumière sur les raisons de cette prolifération selon Les Robins des Champs.

Terre-net Média : Quels sont selon vous les facteurs à l’origine de l’explosion de la population de sangliers ?


Visiblement, ils apprécient... (© Etienne Maillard)
Les Robins des Champs : Nous considérons que ce sont les chasseurs qui sont responsables de l’explosion de la population de sangliers. La population a augmenté à cause du développement d’une chasse business. Le développement de pratiques comme l’agrainage qui consiste à quasiment nourrir les bêtes quotidiennement a favorisé l’explosion des populations. Ces meilleures conditions d’alimentation, ont augmenté la fertilité des laies qui deviennent mâtures sexuellement plus tôt. De plus, leurs portées sont plus grosses et le taux de mortalité des nouveaux nés diminue. D’autre part, les consignes de chasses données par certaines associations de chasseurs conseillent de tuer préférentiellement les mâles et d’éviter les femelles. Les chasseurs sont parfois passibles d’amendes s’ils tuent des femelles. De plus, le sanglier n’a pas de prédateur autre que l’Homme.

Terre-net Média : Pourriez-vous nous en dire plus sur cette chasse business ? 
R. des C. :
Les pratiques d’agrainage ont été développées pour assurer la présence du gibier lors des périodes de chasse. Le coût de la chasse, entre autres du fait des indemnisations délivrées aux agriculteurs, a augmenté au fil des années. Certaines associations ont ainsi besoin de faire appel à de plus en plus de chasseurs non locaux disposant de moyens financiers supérieurs aux chasseurs locaux. Cependant, ces chasseurs ne sont pas fidèles à une association et migrent là où est le gibier. Pour les fidéliser, les associations se doivent par conséquent de garantir une quantité de gibier à chasser par an. Une bague coûte aujourd’hui 70€, prix fixé par la Fédération des chasseurs, à la charge des associations des chasseurs.

Terre-net Média : D’autres moyens sont-ils mis en place pour diminuer ces populations ?

Comme à la maison!!! (© Etienne Maillard)
R. des C. : Des battues administratives ont bien été réalisées mais les chasseurs ne jouent pas le jeu et déplacent les populations avant ces battues. Un arrêté préfectoral du 30 juin, valable un an, a déclaré le sanglier comme nuisible. C'est-à-dire qu’il peut faire l’objet d’un plan de destruction. Cependant, les tirs sont autorisés 1 heure avant le lever jusqu'à 1 heure après le coucher du soleil. Autrement dit, quand on a le droit de les tirer, ils ne sont plus là. Quand ils sont là, il faudrait qu’on utilise l’éclairage mais on ne peut pas. D’autre part, les clôtures électriques sont efficaces, mais elles sont difficiles à mettre en place et il faut qu’elles soient entretenues. Elles ne peuvent constituer une solution qu'à l'échelle locale et non durable de production. Les chercheurs travaillent également sur le développement d’un contraceptif. Cependant, les modalités d’administration risquent d’être compliquées à mettre en place. Le monde de la chasse a réussi à verrouiller beaucoup de choses. Les 2/3 des politiques nationaux sont chasseurs ou pro chasse. Ils sont inattaquables.

Terre-net Média : Avez-vous constaté l’explosion d’autres espèces ? 
R. des C. :
Oui, il nous semble que la population de chevreuils explose également, mais nous nous y intéressons moins puisque les dégâts sont moins importants. Cependant, on retrouve des pierres à sel en forêt. On entend également parler de campagnes de vermifugeage. L’Homme n’y est sans doute pas pour rien.

Comment sont "réparés" les dégats ?

Les agriculteurs sont certes indemnisés, mais Etienne Maillard déplore un système aujourd'hui inadapté :
Les agriculteurs dénoncent des indemnités insuffisantes, en cliquant ICI

Découvrez également les actions menées par l'association crée par Etienne Maillard, les Robins des Champs :

Agriculteurs et écologistes s’unissent contre l’agrainage, en cliquant ICI

La Fédération des chasseurs de son côté met en cause la multiplication des surfaces de maïs et la déprise agricole.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


A lire également


Contenu pour vous