Congrès de la Fncuma Stéphane Le Foll séduit par les réflexions du réseau des Cuma sur les Giee

Terre-net Média

Venu échanger avec les adhérents du réseau des Cuma à Arras mercredi 29 mai, Stéphane Le Foll s’est montré très réceptif aux travaux de la Fncuma sur la mise en place des Giee, en lien avec son souhait de développer la coopération de production. Le ministre a annoncé quelques pistes en faveur de l’agriculture de groupe et des initiatives collectives.


La Fncuma n’avait plus accueilli de ministre de l’Agriculture à son congrès annuel depuis plus de 10 ans. Réunis à Arras du 28 au 30 mai 2013, les représentants des 11.340 Cuma adhérentes à la fédération ont, semble-t-il, rattrapé le temps perdu. Car après sa venue, en décembre dernier, au colloque sur le thème de la coopération de production, Stéphane Le Foll ne voulait pas rater ce congrès.

En pleine préparation de la loi d’avenir, et plus particulièrement des Groupements d’intérêt économique et environnemental, le ministre de l’Agriculture est venu rappeler aux congressistes et à Stéphane Gérard, le président de la Fncuma, tout le bien qu’il pensait des initiatives collectives de son réseau. Des initiatives dont il compte bien s’inspirer pour définir le cadre de ces Giee.

Ces derniers, selon le ministre qui n’en dira pas plus, pourraient donc bien être construits, le cas échéant, autour d’initiatives collectives de Cuma, comme le demande le réseau depuis plusieurs mois. La coopération de production, thème cher à la Fncuma depuis plus d’un an, a séduit Stéphane Le Foll, car elle constitue une approche « systémique » dans lequel l’agriculteur, en vrai chef d’entreprise, ne se sent pas dépossédé de ces moyens de production, mais au contraire, est acteur d’une démarche collective tout en gardant l’entière maîtrise de son activité.

Selon Luc Vermeulen, secrétaire général adjoint de la Fncuma, « les Giee ne seront pas de nouvelles organisations, mais un label, dont la vocation sera de contribuer au changement. » Autrement dit, les Cuma veulent d’ores-et-déjà se positionner comme les structures de référence pour faire évoluer les pratiques des agriculteurs.

Simplification et soutien des initiatives collectives

Au-delà de cette définition en cours des Giee, le ministre a évidemment évoqué plus largement la préparation de la loi d’avenir, en réponse à des attentes fortes de la Fncuma.

Ainsi, elle devrait donner une large place à des mesures en faveur du collectif. Pour répondre favorablement à une revendication de longue date des Cuma, leurs salariés, qui pouvaient jusqu’à présent travailler pour le compte des adhérents des Cuma à hauteur de 30 % de leur temps, seraient autorisés, à terme, à le faire à hauteur de 49 %. « Cela répond à une vraie demande de nos adhérents, explique Stéphane Gérard. Et nous pourrons ainsi embaucher à plein temps des salariés jusqu’alors à temps partiel. »

En matière de simplification, des mesures pourraient aussi voir le jour pour faciliter les installations collectives de méthanisation. De même, en ce qui concerne les démarches pour la construction de hangars par les Cuma.

7 M€ pour accompagner le changement

Si le ministre semble d’accord avec la Fncuma sur la mise en avant d’une approche systémique et sur la nécessaire simplification des démarches, il a toutefois rappelé que les crédits budgétaires pour accompagner ce changement seront limités. En témoigne l’enveloppe consacrée aux prêts Mts-Cuma, sanctuarisée à 2,5 M€ par an, alors que les besoins estimés par le réseau Cuma sont de l’ordre de 7 M€.

Pour autant, la Fncuma a insisté pour que la mise en place des Giee et les mesures de simplification soient accompagnées d’un budget ambitieux pour accompagner le changement. La Fncuma l’a évalué à 7 M€ au sein de son réseau.

Pour Stéphane Gérard, des financements Casdar pourraient être affectés à des initiatives collectives. « L’Etat pourrait aussi se servir des économies réalisées par la suppression partielle de la Dpi. » Le président de la Fncuma a indiqué au passage que cette suppression de la Dpi, avec le maintien du dispositif pour l’acquisition de parts sociales de coopératives, aura des effets très positifs sur l’investissement collectif.

La Fncuma aura l’occasion de remettre sur la table ses revendications lors de la prochaine réunion consacrée aux Giee, dans le cadre de la préparation de la loi d’avenir, qui aura lieu le 11 juin prochain.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous