Qualité de l’air Pourquoi les engrais sont-ils montrés du doigt ?

Yara

À chaque épisode de pollution de l’air sont incriminées les particules fines émises par les véhicules, les systèmes de chauffage et les industries, mais aussi les émissions liées aux activités agricoles et, en particulier, aux épandages d’engrais.

Fertilisation azotéeL'épandage d'engrais minéraux est responsable de 22 % des émissions d'ammoniac agricole. (©Fotolia)

Dès qu’il fait chaud au printemps et que des pics de pollution sont enregistrés, l’alerte est donnée et relayée par les médias pour sensibiliser le grand public à la qualité de l’air et justifier parfois des mesures de restriction, de la circulation par exemple. Les pics de pollution sont déclenchés par la présence de quatre gaz dans l’atmosphère : l’ozone, le dioxyde d’azote, le dioxyde de soufre et les particules en suspension, comme les PM10. Cette pollution est due essentiellement aux émissions de particules fines des transports, chaudières ou activités industrielles. Mais les activités agricoles, en particulier les épandages d’engrais azotés minéraux et organiques, sont aussi montrées du doigt. En cause les émissions d’ammoniac par volatilisation.

22 % des émissions d’ammoniac

Au niveau européen, l’agriculture est responsable de 94 % des émissions d’ammoniac. Les 6 % restants proviennent des activités de gestion des déchets, du transport routier et de l’industrie. Les effluents d’élevage, lisiers et fumiers, constituent la première source d’ammoniac agricole (75 %). Suivent les épandages d’engrais minéraux (22 %), notamment d’urée et de solution azotée. 

Emissions européennes d'ammoniac Part de l'agriculture dans les émissions totales d'ammoniac en Europe (à gauche) et détail des émissions provenant de l'agriculture (à droite). (©Yara)

L'ammoniac libéré par volatilisation au moment de l’épandage d’engrais se combine avec d'autres polluants présents dans l’atmosphère comme l'acide sulfurique ou l’acide nitrique, formant des particules secondaires, PM10 et PM2.5. Ces éléments, à l’origine de maladies respiratoires chez les personnes fragiles, peuvent stagner dans l'air pendant plusieurs jours. De plus, elles voyagent sur de longues distances. C’est ainsi que l’épandage de fertilisants en pleine campagne peut être une des causes de troubles respiratoires observés dans les agglomérations situées à plusieurs dizaines, voire centaines de kilomètres.

Extrait du tableau des valeurs réglementaires de la teneur en polluants de l’air ambiant (arrêté du 19 avril 2017 relatif au dispositif national de surveillance de la qualité de l’air ambiant) :

valeurs réglementaires de la teneur en polluants de l’air ambiantValeurs réglementaires de la teneur en particules fines de l’air ambiant (©Atmo France)

L’ammoniac est un gaz très réactif, formé d’azote et d’hydrogène, de formule chimique NH3, qui ne pose pas de souci à faible concentration. Quand celle-ci augmente dans l’atmosphère, il peut engendrer des effets négatifs sur l’environnement. En plus d’être à l’origine des particules fines (PM10), l’ammoniac peut aussi réagir avec l’humidité de l’air et former de l’ammonium, NH4, qui, déposé au sol ou dans l’eau, contribue à l’acidification et l’eutrophisation des milieux.  


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags