Bretagne Débuts mitigés pour l'entrée en bourse de Paulic Meunerie

AFP

Le fabricant breton de farine Paulic Meunerie est entré mardi sans éclat en Bourse de Paris, son action baissant vers midi de 3,80 % à 6,08 euros, proche du prix d'introduction de 6,32 euros, dans un marché en recul de 0,33 %.

Cela a permis à Paulic Meunerie de finalement lever 7,5 millions d'euros, avec l'exercice d'une option de surallocation pour un montant de l'ordre de 700 000 euros. Ces fonds doivent lui permettre de se diversifier dans l'alimentation des insectes d'élevage, a indiqué le groupe dans un communiqué. Il y a une vingtaine d'années, le patron de Paulic Meunerie, Jean Paulic, a mis au point un procédé de purification du grain à base d'ozone, permettant d'éliminer les pesticides et les mycotoxines présents.

L'introduction en Bourse doit permettre « d'industrialiser cette innovation, déjà validée scientifiquement et commercialement, pour accélérer sur les marchés historiques et conquérir le marché en décollage de l'alimentation des insectes d'élevage », avait indiqué la société fin janvier. L'entreprise travaille déjà pour des clients du secteur du biocontrôle (solutions permettant de réduire les pesticides à base, notamment, d'insectes) mais vise l'ensemble des éleveurs d'insectes.

Paulic Meunerie possède trois moulins ayant produit en 2018 plus de 22 000 tonnes de farines, pour un chiffre d'affaires de 8,2 millions d'euros. Elle estime l'avoir porté à environ 8,5 millions d'euros l'an dernier. Elle évalue à 800 000 tonnes les besoins en son de blé des élevages d'insectes européens à l'horizon 2023, pour lequel elle s'est fixé « un objectif de 50 millions de chiffre d'affaires ».


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous