Communication agricole #Agridemain Luc Smessaert: « Face à une minorité terroriste, on ne se laissera pas faire !»

Terre-net Média

Face à la multiplication des accusations de certaines organisations sur les thèmes du bien-être animal ou l’utilisation de produits phytosanitaires, la profession entend réagir par une meilleure communication de ses pratiques. La plateforme #Agridemain, coordonnée par Luc Smessaert, vice-président de la FNSEA, a l’objectif d’accompagner des agriculteurs qui souhaitent communiquer davantage sur leurs pratiques.

 [ Vidéo ] Luc Smessaert: « Face à une minorité terroriste, on ne se laissera pas faire ! »

E n février dernier, au beau milieu du principal hall du salon de l’agriculture, quelques membres d’une organisation anti-viande tentait un coup de comm’ pour dénoncer la consommation de viande devant le stand d’Interbev. Pour Luc Smessaert , polyculteur-éleveur dans l’Oise, vice-président de la FNSEA en charge de la communication, cet exemple ne doit pas être laissé sans réaction. « Au sein de la profession agricole, nous avons de gros efforts à faire en matière de communication . Sur le bien-être animal , c’est une minorité qui terrorise. Ca ne me fait pas peur d’utiliser ces mots : ce sont des terroristes dont la parole est souvent amplifiée par la parole politique, mais aussi par les médias. »

Selon lui, il est évident qu’un important travail de communication reste à faire sur deux sujets clé : le bien-être animal et l’ utilisation des produits phytosanitaires . « Depuis plus de vingt ans, une révolution des pratiques agricoles est en cours. Mais en parallèle, il y a eu un manque de communication pour le faire savoir. »

Pour pallier cette insuffisance de communication, la FNSEA, avec 14 autres organisations professionnelles, a créé la plateforme #Agridemain, coordonnée par l’agriculteur. « La plateforme Agridemain est faite pour améliorer la communication agricole en général, en accompagnant des agriculteurs dans leur démarche avec des supports de communication. » Les représentants de la plateforme ont échangé avec les communicants du secteur de l’artisanat, qui a engagé il y a plus de dix ans une vaste campagne de communication, dans la durée, pour valoriser l’image des artisans.

Avec la plateforme #Agridemain , il s’agit de former et accompagner les agriculteurs qui le souhaitent aux techniques d’expression. « Nous accompagnons les agriculteurs avec des visuels pour expliquer simplement les productions de leur exploitation, en mettant en avant toutes les implications positives en termes d’environnement, de bien-être animal, etc. »

L’initiative #Agridemain compte actuellement plus de 200 « agriculteurs ambassadeurs » dans toute la France. Nous espérons en avoir 1 000 d’ici fin 2017. « Sortez du silence et prenez la parole !, martèle Luc Smessaert. Ne laissons pas les autres s’exprimer à notre place. »

Cet été, 50 de ces « agriculteurs ambassadeurs » ont décidé d'ouvrir les portes de leur exploitation au public pour une « fête des moissons ».

Lui aussi ambassadeur #Agridemain, Rémi Dumery explique en vidéo pourquoi il s'investit pour davantage communiquer sur son métier:


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous