Foncier « Très net ralentissement » de la croissance des prix des terres agricoles

AFP

Les prix des terres agricoles ont subi un « très net ralentissement » de leur croissance en 2017 suite à la crise céréalière de 2016 et aux crises structurelles du secteur agricole, indique une étude bancaire jeudi.

« Alors qu'ils progressaient de 5 % en moyenne par an sur les 10 dernières années, la progression du prix du foncier libre de bail a été de 0,9 % en moyenne en France en 2017 », a indiqué à l'AFP Benoît Léchenault, directeur exécutif d'Agrifrance (BNP Paribas Wealth management). Le prix du foncier loué a pour sa part mieux résisté, avec une croissance de 1,8 % l'an passé. Le « très net ralentissement » sur le foncier libre est dû, selon Benoît Léchenault, aux difficultés du monde rural, en particulier à la crise céréalière de 2016 après les récoltes historiquement basses qui ont suivi des inondations printanières. « Les bilans sont très mauvais en agriculture » a-t-il ajouté, « cela commence à avoir un impact sur l'évolution du foncier rural ». D'autant que la crise céréalière s'est ajoutée aux crises structurelles du secteur agricole, notamment dans l'élevage.

Selon le bilan d'Agrifrance, basé sur une revue qui collecte les valeurs vénales du foncier ou des fonds de commerce, le prix moyen d'un hectare de terre agricole s'élevait ainsi à 6 090 euros en 2017, contre 6 035 euros en 2016. Pour les terres labourables, le prix moyen s'est établi à 7 390 euros l'hectare, contre 7 270 euros en 2016, et pour les prairies naturelles, à 4 830 euros l'hectare, contre 4 800 euros en 2016.

L'étude confirme aussi que le marché de la forêt est « très dynamique ». « La demande est beaucoup plus forte que l'offre », a dit Benoît Léchenault. « Le bois progresse à la faveur du marché immobilier et la forêt reste un actif de diversification facile à gérer pour un investisseur », a-t-il ajouté.

En matière viticole, le prix moyen d'un hectare de vignoble en France s'est établi à 140.000 euros l'an dernier. « Ce chiffre moyen ne veut pas dire grand chose puisqu'il comporte des écarts énormes entre un hectare de Bourgogne à 15 millions d'euros, et un hectare dans le Languedoc à 15 000 euros » a nuancé le directeur exécutif d'Agrifrance. L'étude confirme par ailleurs que le numérique est en train de « révolutionner » le marché mondial du vin, pour la commercialisation comme pour la culture du vignoble, via drones et données numériques par parcelles. En 2017, 9,4 % des ventes de vin en France s'effectuaient par internet, contre 5 % des ventes mondiales.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous