; Pas de promotion à 50 % sur les prix des produits alimentaires

Produits alimentaires Bercy écarte le retour des promotions à 50 %

AFP

Le gouvernement ne proposera pas d'autoriser les promotions à 50 % sur les produits alimentaires, a appris une journaliste de l'AFP mardi auprès de Bercy, une décision prise après la forte opposition des représentants des agriculteurs à cette suggestion formulée par le ministre de l'économie Bruno Le Maire lundi. (Article mis à jour, publié initialement le 5 juillet à 17h25)

TirelireBruno Le Maire a « entendu » et « compris les inquiétudes » des agriculteurs sur les conséquences éventuelles d'une telle mesure sur la juste rémunération des producteurs, explique-t-on à Bercy. (©Pixabay)

Après avoir reçu mardi matin la présidente de la FNSEA Christiane Lambert et Arnaud Gaillot, président des Jeunes agriculteurs, le ministre « s'est engagé à ne pas mettre en œuvre cette proposition, qui n'était encore qu'une suggestion, à l'issue de la mission confiée à l'Inspection générale des finances (IGF) » sur la formation des prix alimentaires, explique-t-on au ministère de l'économie.

Actuellement, les distributeurs de produits alimentaires ne peuvent proposer des promotions qu'à hauteur de 34 %, une règle censée protéger la rémunération des producteurs de denrées.

Lundi, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait annoncé la création d'une enquête de l'IGF pour vérifier la formation des prix des produits alimentaires en cette période d'inflation, notamment après que le président du comité stratégique des centres E. Leclerc, Michel-Edouard Leclerc, avait jugé « suspectes » certaines hausses de prix demandées par les industriels. En parallèle, La France insoumise et le Rassemblement national avaient demandé la création d'une commission d'enquête parlementaire.

S'il s'avère que les dispositifs actuels ne profitent pas aux producteurs, « il faudra réfléchir à la possibilité de les modifier », avait indiqué lundi M. Le Maire sur France Inter, suggérant par exemple des promotions à 50 %, au lieu des 34 % autorisés.

Cette piste de réflexion a suscité une levée de boucliers dans le secteur agricole, Christiane Lambert ayant répondu que ce n'était « pas la bonne réponse ». « Cela reviendrait à renforcer la pression sur les entreprises et les agriculteurs, qui sont déjà étranglés par les hausses de leurs coûts de production », s'inquiétait aussi l'Ania, principale organisation de l'agroalimentaire.

Le ministre a « entendu » et « compris les inquiétudes » des agriculteurs sur les conséquences éventuelles d'une telle mesure sur la juste rémunération des producteurs, explique-t-on à Bercy, où on juge inutile de « d'attiser les angoisses » dans le monde agricole.

Dans un communiqué, le syndicat majoritaire FNSEA et les JA se sont félicités d'une « clarification de la position du ministre » : « il était capital d'envoyer un message clair de  soutien aux agriculteurs et aux entreprises ». « Il était également important d'adresser ce message à certains acteurs de la distribution qui n'ont de cesse de vouloir détricoter les EGAlim (la loi alimentation votée en 2018, ndlr) à leur seul profit », commentent-ils.

L'entourage du ministre précise toutefois qu'il continue d'avoir à cœur de concilier prix bas pour les consommateurs et juste rémunération des producteurs en ces temps d'inflation.

La mission de l'IGF sera donc bien lancée pour examiner la fixation des prix d'un ensemble de produits du quotidien. La FNSEA et les JA « soutiennent pleinement cette mission », et « proposeront qu'un représentant de la profession participe à ces travaux ». Bercy rappelle qu'un guichet unique est ouvert depuis ce mardi auprès de la DGCCRF, où les acteurs de l'alimentaire peuvent faire remonter des signalements sur les prix des produits.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous

AFP