Manifestation du 5 novembre La Coordination rurale propose l’unité syndicale contre la directive nitrates

Terre-net Média

La Coordination rurale a tendu la main, lundi 27 octobre, aux autres syndicats agricoles pour s’unir autour d’une revendication commune : le refus de l’extension des zones vulnérables dans le cadre de l’application de la directive nitrates. Dans un courrier adressé à ses rivaux syndicaux, Bernard Lannes se dit prêt à se rallier à la Fnsea le mercredi 5 novembre, date fixée par le syndicalisme majoritaire pour son action nationale.

« Face à la catastrophe qui se dessine avec l'extension des zones vulnérables qui s'ajoute aux contraintes déjà imposées par la directive nitrates et à la complexification administrative, la Coordination Rurale a décidé de passer au-delà des clivages syndicaux et propose une rencontre aux Présidents de la Fnsea, de JA et de la Confédération paysanne, afin de faire bloc commun et se mobiliser le mercredi 5 novembre, écrit le deuxième syndicat dans un communiqué. Une proposition d’union syndicale rarissime sur une revendication commune.

Bernard Lannes, le leader de la CR, a ainsi adressé un courrier à ses rivaux syndicaux – Xavier Beulin, Thomas Diemer et Laurent Pinatel - pour proposer des rassemblements unitaires le 5 novembre.

La lettre de Bernard Lannes à Xavier Beulin, Thomas Diemer et Laurent Pinatel

« Messieurs, chers collègues,

Le monde paysan est de plus en plus malmené. Depuis de nombreuses années, chacun d'entre nous, à notre façon, avec nos sensibilités syndicales respectives, tirons la sonnette d'alarme. Nous ne sommes pas adeptes du catastrophisme mais seulement réalistes. Trois données essentielles le prouvent : les installations ne compensent que pour la moitié les arrêts d'activité ; la France a perdu 10 000 producteurs de viande bovine en 10 ans et 45 000 producteurs de lait ; depuis la fin des années 90, le niveau de vie des agriculteurs a complètement décroché par rapport au reste des secteurs productifs.

Si nous sommes d'accord sur les symptômes, nous ne le sommes pas toujours sur leurs raisons profondes, ni même sur les moyens d'y remédier. Pourtant, nous savons tous aujourd'hui que la situation va encore s'aggraver. Plusieurs éléments liés à la conjoncture vont y contribuer : l'embargo russe, les prémices de la déflation, les conséquences des dégâts sur les cultures avec la multiplication des incidents climatiques, les nouveaux Dpb en forte baisse au 1er janvier prochain. A cela s'ajoute la complexité administrative, avec son lot de conséquences tant en matière d'aberrations réglementaires que de sanctions, qui ne fait qu'empirer.

Comme si cela ne suffisait pas, le gouvernement a décidé, sans concertation et dans la plus grande précipitation, une extension des zones vulnérables proprement scandaleuse. Pour la Coordination Rurale, il s'agit là de la provocation de trop. Ses conséquences vont être désastreuses. La grande majorité des agriculteurs ne pourra pas investir dans de coûteux aménagements pour se mettre en conformité avec la directive nitrates. Les cessations d'activité vont aller croissantes. Les situations de précarité et de détresse sont déjà palpables. Ces nouvelles mesures sont d'autant plus inacceptables que, nous le savons les uns et les autres, l'extension des zones vulnérables n'est basée sur aucune justification scientifique ou écologique avérée.

Mandaté par le Comité directeur de la Coordination rurale, je viens donc vers vous afin de vous proposer d'agir ensemble pour faire de ce combat contre l'extension des zones vulnérables et pour une remise à plat totale de la directive nitrates, le combat de tous les agriculteurs de France. L'unité syndicale sur cette question vitale serait un signe extrêmement fort que les pouvoirs publics ne pourraient ignorer, notamment pour appuyer une démarche franco-allemande auprès de Bruxelles.

Je vous propose de nous rencontrer dès cette semaine afin d'évoquer ensemble la possibilité d'organiser conjointement des rassemblements unitaires, preuves de l'extrême gravité de la situation. Ils pourraient avoir lieu le 5 novembre prochain, date à laquelle la Fnsea appelle déjà ses adhérents à manifester. Notre mot d'ordre national commun pourrait être simple et explicite : Zones vulnérables = Agriculteurs misérables. Révision de la directive nitrates = Le bon sens au service de l'économie. Laissez-nous travailler !

Nous vivons un temps difficile où nos collègues paysans attendent un mouvement d'unité syndicale pour obtenir les mesures dont ils ont tous besoin.

Veuillez recevoir, Messieurs, chers collègues, mes salutations les meilleures.

Bernard Lannes
Président de la Coordination Rurale »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous