Confédération paysanne Laurent Pinatel, éleveur laitier, est élu porte-parole pour deux ans

Terre-net Média

Réuni depuis mercredi 22 mai, le comité national de la CP a élu pour deux ans les sept membres du bureau du syndicat. Si une nouvelle équipe est aux commandes, une continuité est en revanche assurée dans le traitement des dossiers en cours.

La nouvelle équipe à la tête de la CP.
 Laurent Pinatel, Laurent Leray, Josian Palach, Claude Cellier, Judith Carmona, Mikel Hiribarren,
et Marie-Noëlle Orain. (© Confédération paysanne)

Tous éleveurs ! Les sept membres du nouveau bureau de la Confédération paysanne, élus par le nouveau comité national, sont producteurs de lait de vache, de bovins viande, de brebis et de poulets dans sept départements différents. Aussi, ce n'est pas une surprise d'apprendre que Laurent Pinatel, le nouveau porte-parole du syndicat élu le 22 mai pour deux ans, s’inscrit dans cette génétique. Eleveur laitier à Saint-Genest-Lerpt dans la Loire, il est en gaec avec sa sœur et un troisième associé. Ensemble, ils produisent du lait bio et des bovins viande. Sur les 253.000 litres de quota alloués à l’exploitation, 22.000 litres sont transformés en desserts lactés sur la ferme puis vendus en direct.

Philippe Collin, ancien porte-parole, a donné à son successeur les clés d’un syndicat qui sort, selon lui, renforcé des dernières élections des représentants des Chambres d’agriculture. Alors que le nombre de petits exploitants agricoles qui constituent son électorat traditionnel a fortement baissé ces dix dernières années, la CP est parvenue à réaliser un score de 20 %.  Un chiffre qui montre que « le syndicat renouvelle son électorat traditionnel », défend l’ancien porte-parole.

Pour traiter les dossiers en cours, le syndicat ne s’inscrit pas dans le changement mais bien dans la continuité. Avec en premier lieu, la préparation du projet de loi d’avenir dont la CP espère connaître les grandes lignes à l’issue du Conseil spécialisé d’orientation qui se tient ce 23 mai au ministère de l’Agriculture. Or à ce jour, « nous ne voyons pas quel en sera le fil conducteur», déplore Laurent Pinatel. Nous reviendrons sur le projet de loi d'avenir dans un prochain article.

Pour une Pac plus redistributive

Les deux autres dossiers brûlants du syndicat sont "Sauvons l’élevage" et la réforme de la Pac.

Marie-Noëlle Orain, secrétaire générale et la seule de l’ancien bureau reconduite dans ses fonctions, se réjouit que l’avenir de l’élevage préoccupe désormais l’ensemble des syndicats agricoles. « Cela signifie que notre action "Sauvons l'élevage", lancée à l’automne dernier, était la bonne ». Toutefois, il est temps, selon la CP, que le gouvernement comprenne l’importance de relocaliser les filières d'élevage car ce sont elles qui créent de l’emploi. Mais la Confédération paysanne attend aussi de Bruxelles, pour l’après 2014, une meilleure répartition des aides directes qui puisse enfin bénéficier aux filières animales.

C’est avec le soutien de la population, dont le syndicat affirme qu’elle est en majorité en phase avec le modèle agricole qu’il défend, que ses leaders plaideront pour une Politique agricole commune plus redistributive en faveur de l’élevage. Aussi, les 31 mai et 1er juin, la Confédération paysanne lancera à Paris, place Stalingrad (75019), sa nouvelle campagne "Envie de paysans" en reconstituant une ferme avec des animaux et en organisant une série de débats et de conférences.

« La Pac est en effet l’affaire de tous, a déclaré Laurent Pinatel, en présentant l'évènement. Si les agriculteurs ne représentent plus que 2 % des Français, ils fournissent 100 % de la nourriture qu’ils consomment. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous