47ème congrès de JA à Metz Les jeunes agriculteurs veulent avoir accès à la gouvernance des coopératives

Terre-net Média

Si les nouveaux installés n’ont pas les moyens d’accéder à des postes de responsables professionnels à la tête des coopératives, le renouvellement des générations d'agriculteurs serait incomplet selon JA.

Selon <a href=François Thabuis, président de JA, « les coopératives doivent avant tout répondre, comme les agriculteurs, aux besoins des agriculteurs »." src="https://cdn4.regie-agricole.com/ulf/TNM_Biblio/fiche_89962/Fiches_2252013_2925_994.jpg" />
Selon François Thabuis, président de JA, « les coopératives doivent avant tout répondre aux besoins des agriculteurs ».
Il est entouré par Thierry Houel, secrétaire général adjoint de JA et par Julien Charpentier, président JA de Moselle. (© Terre-net Média)

Du balai ! Faites de la place aux jeunes ! Les récents combats conduits par le syndicat Jeunes agriculteurs (hausse promise du prix du lait de 25 €/1.000 l, l’affaire de la viande de cheval de Spanghero par exemple) témoignent de l’urgence, pour les paysans et les plus jeunes en particulier, de se réapproprier la gouvernance des coopératives afin d’être mieux défendus et de pouvoir partager le projet de ces structures.

Il est nécessaire que les coopératives soient à la fois compétitives sur les marchés et présentes sur les territoires pour maintenir une activité agricole dans les régions les plus reculées. Sans remettre en cause ces deux exigences, ces structures doivent aussi contribuer à leur niveau à assurer un prix rémunérateur à leurs adhérents et surtout aux plus jeunes d’entre eux, à savoir les nouveaux installés.

« Les coopératives doivent être une continuité de l’activité agricole en garantissant des prix et des débouchés rémunérateurs et également en pesant sur la distribution de leurs produits auprès des consommateurs », a expliqué Thierry Houel, secrétaire général adjoint de JA, éleveur de porcs et producteur laitier dans les Côtes d'Armor. « Nous n’avons pas fait vœux de pauvreté en y adhérant », ajoute-t-il.

Trois jours de congrès début juin

Avec Mickael Moulin et Florent Dornier, Thierry Houel est l'un des trois coordinateurs du rapport d’orientation du 47ème congrès de JA qui se tiendra à Metz les 4, 5 et 6 juin prochains. Même s'il n’est pas encore disponible sous sa forme définitive, les grandes lignes de ce document ont été dévoilées ce 22 mai par les leaders du syndicat.

Résultat d’un vaste travail de concertation au sein du réseau JA, il contiendrait un certain nombre de propositions visant à inciter les jeunes à s’engager dans le fonctionnement des coopératives. Il suggère, entre autres, de limiter le cumul de mandats de leurs administrateurs et de leurs dirigeants et d’imposer une limite d’âge aux agriculteurs en poste.

Comme l’avenir de l’agriculture et des agriculteurs se joue aussi au sein des coopératives, JA juge important d’aider les nouveaux installés à accéder à des postes de responsables pour qu'ils puissent mieux défendre leurs intérêts. « Les agriculteurs et les jeunes en particulier ne doivent pas être éloignés des centres de décision des coopératives », défend François Thabuis.

Renouveler la représentation syndicale

Avec des responsables syndicaux habitués à des mandats courts, JA représente en quelque sorte le fonctionnement modèle d’une organisation professionnelle et celui-ci  pourrait éventuellement être transposable dans les coopératives. Le syndicat permet également à plusieurs générations successives d’agriculteurs d’être représentées chacune leur tour.

L’engagement à des postes à responsabilité et le renouvellement de la représentation syndicale (autrement dit la recherche de nouveaux adhérents) sont du reste les deux autres thèmes du rapport d’orientation de ce 47ème congrès. En prévision des prochains changements d’équipes à sa tête - opérés tous les deux ans - il paraît essentiel à JA de disposer d'outils adéquats afin d'aider les jeunes à exercer des mandats nationaux. La clé de la réussite de ce challenge n’est en fait, ni plus ni moins, que le développement d’une gamme de services de remplacement adaptés aux besoins des futurs responsables syndicalistes. Cela leur permettrait de s’absenter de leur exploitation pour remplir leurs mandats.

Ce sera aussi une condition nécessaire pour susciter de nouvelles vocations afin de remplacer les équipes sur le départ. Car quels que soient les postes occupés, les exploitations des jeunes agriculteurs ne doivent pas être le talon d’Achille de leur engagement.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous