Projet de loi alimentation Face à des distorsions plus fortes que les avancées, le duo FNSEA-JA manifestera

Terre-net Média

Les deux syndicats FNSEA et Jeunes agriculteurs ont salué quelques avancées contenues dans le projet de loi alimentation en matière de construction des prix. Mais ils dénoncent des « charges nouvelles » et des « signaux d’une concurrence déséquilibrée ». A partir du 10 juin, FNSEA et JA comptent bloquer des raffineries et des sites stratégiques « symboles des distorsions de concurrence ».

A partir du 10 juin, les agriculteurs de la FNSEA et de JA exprimeront leur ras-le-bol face aux incohérences du Gouvernement. A partir du 10 juin, les agriculteurs de la FNSEA et de JA exprimeront leur ras-le-bol face aux incohérences du Gouvernement. (©Terre-net Média)

A l’issue du vote solennel par les députés du projet de loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole, les deux syndicats FNSEA et Jeunes agriculteurs ont salué des « avancées notables » en la matière. « La construction du prix en marche avant, partant du prix payé aux producteurs, a été renforcée par des initiatives parlementaires », notamment « la construction des prix à partir des indicateurs diffusés par les interprofessions, le non-contournement de l’accord-cadre, l’encadrement de toutes les promotions, la sanction des prix abusivement bas ».

[Vidéo] Patrick Bénézit, Eric Thiroin et Etienne Gangneron (secrétaires généraux adjoints de la FNSEA) font le bilan du projet de loi

La FNSEA y voit les fruits des « démarches incarnées par le contrat de solutions proposé par la FNSEA et JA plutôt que de nouvelles interdictions. »

 « Ces avancées doivent être respectées par le Gouvernement, entérinées par les sénateurs et enrichies par les ordonnances. Nous ne tolérerons aucun revers législatif sous couvert d’interprétation du droit communautaire et constitutionnel. (…) Les avancées ne doivent pas masquer l’absence de réponse au besoin de compétitivité des agriculteurs qui sont chaque jour un peu plus soumis à une concurrence déloyale de leurs productions. »

Malgré les avancées, le syndicalisme majoritaire reste inquiet face à « l’absence de réponse au besoin de compétitivité des agriculteurs qui sont chaque jour un peu plus soumis à une concurrence déloyale de leurs productions ».

« On est mal, très mal, chef ! »

« On nous demande de garantir une alimentation saine, sûre, durable et accessible à tous, et dans le même temps le Gouvernement cautionne en laissant négocier des accords commerciaux avec des pays qui ne partagent pas nos exigences sociales, environnementales et sanitaires ou donne son aval à des importations de matières premières pour le moins peu durables. Les agriculteurs se voient imposer une compétition déloyale ruinant ainsi tous leurs efforts, leurs perspectives et leur confiance. »

Face aux « incohérences » du Gouvernement, le duo compte « se mobiliser ». « Il est grand temps que le gouvernement l'entende, c'est pourquoi, le réseau FNSEA /JA va se mobiliser à l'échelle nationale à partir du 10 juin. »

Dans plusieurs régions, les deux syndicats entendent bloquer des raffineries et des « sites stratégiques, symboles des distorsions de concurrence ».

« Nous lançons un mouvement de protestation très fort et dans toute la France qui commencera la semaine prochaine », a déclaré Christiane Lambert, citée sur le site internet du quotidien l'Union de Reims.

La FNSEA voit dans la reprise de l’activité de la raffinerie de La Mède par Total, qui fonctionnera à l’huile de palme importée, le symbole de l’incohérence du Gouvernement à l’égard, notamment, du monde agricole.

Dans l'Oise par exemple, les actions syndicales commenceront dès mardi 5 juin. « Dans les territoires, dans des stations-services et dans des opérations de tractages, pour expliquer la démarche aux citoyens et aux consommateurs. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous