Gouvernement
La reconversion de Julien Denormandie strictement encadrée par la HATVP

« Une prudence toute particulière doit ainsi être observée par Monsieur Denormandie dans le choix de ses clients ou des entreprises dans lesquelles il prendrait une participation, notamment si ces derniers appartiennent aux secteurs de la ville, du logement, de l'agriculture ou de l'alimentation », indique-t-elle dans une décision du 30 août, rendue publique lundi.

L'ex-ministre, qui a occupé trois postes au gouvernement en lien avec ces thématiques lors du premier quinquennat d'Emmanuel Macron, souhaite « créer une société afin de délivrer des prestations de conseil et prendre des participations au capital d'autres entreprises », annonce la HATVP.

Julien Denormandie a aussi été nommé récemment « directeur de l'impact » de la start-up Sweep, qui aide des entreprises comme Saint-Gobain et JCDecaux à mesurer et réduire leurs émissions de carbone.

Concernant sa société de conseil, le risque de prise illégale d'intérêts « ne saurait être exclu », pointe la Haute autorité. Elle lui demande de s'abstenir, entre autres, de prendre toute participation dans une entreprise dont il était chargé d'assurer le contrôle, la surveillance, ou avec laquelle il avait conclu un contrat dans le cadre de ses fonctions des trois années précédentes.

L'ancien ministre est d'ailleurs invité à saisir cette autorité administrative indépendante « avant de prendre pour client un organisme ou de prendre une participation dans une entreprise » en lien avec le logement ou l'agriculture dans les trois ans à venir.

La HATVP soulève, d'autre part, un « risque déontologique » si sa société « réalisait des prestations pour le compte des administrations sur lesquelles il avait autorité ou dont il disposait ».

De plus, « il ne saurait être exclu que Monsieur Denormandie entreprenne des démarches (...) auprès de responsables et agents publics avec lesquels il travaillait durant l'exercice de ses fonctions gouvernementales », ajoute-t-elle.

Il lui est donc demandé de s'abstenir de « réaliser toute prestation » pour le compte de ses anciens services pendant trois ans et d'entreprendre des démarches auprès des membres du gouvernement qui étaient en exercice en même temps que lui, ainsi que des membres de ses anciens cabinets.

Proche collaborateur d'Emmanuel Macron depuis sa première campagne électorale, Julien Denormandie, 42 ans, a quitté le gouvernement au mois de mai 2022.

Inscription à notre newsletter
a lire également

Déja 4 réactions