Cyclope 2013 La Chine et le climat font « la pluie et le beau temps» sur les marchés mondiaux

Terre-net Média

L’Empire du milieu sera, avec les autres pays asiatiques (Vietnam, Cambodge, etc.), un faiseur de marché pendant encore de nombreuses années.

Couverture de la 27ème édition du Cyclope, les marchés mondiaux intitulée
Couverture de la 27ème édition du Cyclope, les marchés mondiaux intitulée "Crises et châtiments".
(© Cyclope)
En cette période de crise, « la clé de lecture des marchés mondiaux est la Chine et le climat », a défendu Philippe Chalmin, professeur d’économie à l’université de Paris Dauphine. Mardi 14 mai, il présentait la 27ème édition du "Cyclope, les marchés mondiaux", un ouvrage auquel ont collaboré plus de soixante contributeurs cette année.

La Chine est quasiment évoquée dans chacun des chapitres de ce nouvel ouvrage de 720 pages. Sa croissance économique annuelle de 7 % à 9 % par an n’a pas de raison de s’essouffler, selon Xiaoqi Yang, attaché de recherche au Cyclope, représentant de la Chine. Aussi, la croissance du pouvoir d’achat des Chinois renforcera la forte dépendance de l’Empire du milieu aux importations de produits agricoles, végétaux et animaux.

En fait, la seconde puissance économqiue mondiale sera, avec les autres pays asiatiques (Vietnam, Cambodge, etc.), un faiseur de marché. Or au rythme actuel de la croissance de la consommation intérieure, la demande de produits carnés portera sur 200 millions de tonnes supplémentaires d’ici 2050, soit l’équivalent de 800 Mt de céréales. Chaque année, l’augmentation de la consommation mondiale de viande représente deux fois la production française.

Des freins à la production de viande en Europe

Mais il semble que l’Europe, et la France en particulier, ne seront pas en mesure de répondre à la croissance attendue de produits carnés : viande d’ovins, de bovins et de porcs. Mais aussi à celle des produits laitiers. La rentabilité n’est pas assurée, les règles environnementales entravent l’essor de l’élevage et la Pac réformée de 2014 risque de conduire les éleveurs à préférer la production de céréales. Or l’Union européenne est en mesure d’assurer la livraison de produits de qualité alors même que la Chine a perdu tout contrôle sanitaire sur ses filières agroalimentaires, a souligné Philippe Chalmin. « Elle a sacrifié son environnement au nom de la croissance économique : fortes pollutions et réduction importante de l’espace agricole ». 

Afin d'assurer sa sécurité alimentaire, la Chine s'accapare des terres en Afrique, continent qui aura pourtant à faire face à un fort essor démographique. En effet, la croissance de la population mondiale sera portée par l'Afrique d’ici 2050.

Les effets de la météo sur les marchés

Mais les principaux télescopages avec la demande de produits agricoles chinois sont, à court terme, les caprices climatiques avec encore en 2012, une réaction très vive des marchés après les différents épisodes de sécheresse dans l’hémisphère sud.

Cette année, les productions mondiales de céréales s’annoncent bonnes. Mais aucun pays de l’hémisphère nord n’est à l’abri d’un nouvel accident climatique. De toute façon, il est fort possible que les prix resteront élevés car les bonnes récoltes attendues ne conduiront qu’à restaurer les stocks mondiaux de produits agricoles.

Nous reviendrons ultérieurement sur les prévisions des marchés des produits animaux pour 2013 élaborées par Cyclope 2013.

Pour surveiller les évolutions des cours des matières premières agricoles, connectez-vous sur :

Observatoire des marchés de Terre-net.fr


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

Chargement des commentaires


Contenu pour vous