Tchat commercialisation Toutes les réponses d’Agritel à vos questions

Terre-net Média

Pendant une heure, mardi 12 novembre 2013, Gauthier Le Molgat, spécialiste de la gestion de risque prix chez Agritel, a répondu aux questions des lecteurs de Terre-net concernant leur stratégie de commercialisation de leurs céréales et leurs oléoprotéagineux. Retrouvez toutes ses réponses.

Gauthier Le Molgat, expert en gestion de risque prix chez AgritelGauthier Le Molgat, expert en gestion de risque prix chez Agritel, a répondu pendant une heure aux lecteurs de Terre-net sur leur stratégie de commercialisation et les perspectives des marchés des céréales et des oléoprotéagineux. (©Terre-net Média)

Question de "labaleine " : On ne parle pas beaucoup de l'Australie et de ses conditions climatiques en ce moment. Comment cela se passe-t-il là-bas ?

Gauthier Le Molgat : Pour le moment, en Australie, on reste en veille par rapport à la récolte qui, confortée par les chiffres de l'Usda de vendredi dernier, devrait dépasser 25 millions de tonnes. On fait par contre attention à l'évolution des pluies sur la zone sud-est du pays.

Question de "WorldUS " : Les Américains semblent changer leurs chiffres des stocks mondiaux chaque mois. Peut-on réellement se fier au rapport Usda ?

Gauthier Le Molgat : En effet, la grosse surprise porte sur les révisions à la hausse des stocks de ce début de campagne. Ces modifications prêtent à penser que l'ajustement des stocks de fin est en grande partie lié à la révision à la hausse des stocks de début de campagne, notamment en maïs aux Etats-Unis et en Chine. La publication du rapport est officielle, c'est une vision de l'ensemble des informations connues par l'Usda qui nous est communiquée et qui sert avant tout à l'ensemble des analystes comme référence. La surprise de ce rapport, c'est qu'il revient après son absence en octobre dernier (du coup, ajustement plus important cette fois-ci).Tchat commercialisationTchat commercialisation (©Terre-net Média)

Question de "FRED" : Quel est le contexte mondial au niveau du triticale (stock/production) ? N'y-a-t-il pas des cours mondiaux de cette céréale ? Peut-on les connaître?

Gauthier Le Molgat : Le marché du triticale est un petit marché. Néanmoins, cette céréale plutôt rustique répond bien aux contraintes de certains éleveurs voire de fabrication d'aliments du bétail. C'est une céréale peu échangée au niveau international, surtout réservée à une consommation locale. Il y a peu d'informations relatives à ce marché mais vous retrouvez la cotation disponible sur Terre-net.

Question de "steeve" : pour le maïs, que conclure du rapport Usda ? Quelles perspectives pour les mois qui viennent ? Pourquoi les opérateurs continuent à se focaliser sur ce rapport alors qu'il n'a pas l'air d'une fiabilité extraordinaire ?

Gauthier Le Molgat : Ce qu'il faut retenir du rapport Usda est l'intégration des chiffres de production en hausse aux Etats-Unis qui confirment des rendements supérieurs à 160 boisseaux/acres. Et l'augmentation des stocks de début de campagne révisés en hausse aux Etats-Unis et étonnamment en Chine. Le marché du maïs américain a marqué un plus bas vendredi et depuis, il corrige à la hausse, poussé par le rachat des fonds sur cette céréale.

Question de "Paul " : Les pbs logistiques pour le soja en Amérique du Sud seront-ils toujours de mise cette année ?

Gauthier Le Molgat : On n'est même pas sortis des problèmes de récolte 2013 que l'on peut déjà s'attendre à des problématiques en 2014. Il est clair que malgré l'augmentation des stocks mondiaux en soja attendue cette semaine, la problématique logistique posera toujours des soucis en Amérique du sud. L'augmentation de la production au Brésil et en Argentine risque comme cette année d'amener un engorgement important des ports, ce qui permettra du coup aux Etats-Unis de pouvoir profiter de leur atout logistique et de revoir leurs exportations à la hausse.

Question de "JR " : Doit-t-on garder le tournesol en stock jusqu'à l'année prochaine avec des prix actuels peu ou pas rémunérateurs ?

Gauthier Le Molgat : A ce jour, il est vrai que certaines productions de printemps et notamment le tournesol n'atteignent souvent pas le seuil de commercialisation et de rentabilité du producteur. En fonction des stratégies de couverture mises en place, certains producteurs arrivent malgré tout à être satisfaits de leur rémunération (cf. recours à des stratégies croisées avec le colza). Actuellement, la déprime est avant tout liée aux perspectives d'importation notamment d'huiles vers l'UE. Du coup, je peux comprendre la stratégie de stockage pour ce produit dans l'espoir d'un rebond offert, pourquoi pas, par les autres oléagineux dans les mois à venir. Néanmoins, des problèmes de qualité importants (acidité) sont à prendre en compte pour un producteur avant d'envisager une telle stratégie.

Question de "steph00 " : bonjour, faut-il profiter du rebond de ces derniers jours pour avancer dans les ventes en blé et colza ou attendre encore ? Si oui, à quelle hauteur ? merci d'avance

Gauthier Le Molgat : Le marché du blé revient en effet proche des plus hauts depuis la mi-juin. Ce qui permet à certains producteurs peu engagés jusqu'à présents d'avancer dans leurs ventes et de réintégrer ainsi les stratégies de commercialisation disponibles sur ce site. Sachant toutefois que la commercialisation de la récolte 2013 offrira des résultats très différents en fonction des ventes précoces qui ont ou non été effectuées. Cette situation est également observée en colza qui, à court terme, vient chercher à casser des zones techniques de résistance.

Question de "maxxum " : A quoi peut-on se repérer pour bien acheter du tourteau de colza pour le printemps 2014 ?

Gauthier Le Molgat : Les éléments importants du tourteau sont : la situation toujours tendue du soja au niveau mondial qui connaît finalement peu d'évolution de son stock et le nécessaire recours à l'importation d'Argentine et du Brésil. En Europe, il faut donc suivre les prix des tourteaux de soja d'importation qui « drivent » l'évolution des cours des tourteaux de colza. De plus, malgré les prix de graines de colza actuels, il faut bien suivre la construction des marges de trituration compte tenu des prix des huiles qui sont loin d'être à leur niveau record. D'où une contribution importante de la valorisation des tourteaux de colza dans la marge des triturateurs.

Question de "grainedecolza " : Quelle est l'influence de l'huile de palme dans l'évolution des cours du colza, par rapport à l'influence du soja ?

Gauthier Le Molgat : Le marché de l'huile se compose essentiellement de trois produits que sont la palme, le soja et le colza/canola. Le marché de l'huile de palme est considéré comme le marché le moins élevé historiquement. Du coup, son évolution sert de support aux autres huiles. Depuis plusieurs mois (à l'exception des récentes semaines), l'orientation baissière de l'huile de palme a automatiquement poussé les autres huiles à s‘ajuster à la baisse. Il faut désormais que le mouvement de hausse sur la palme soit vraiment confirmé avant d'espérer un rebond des autres huiles, d'autant que la production d'huiles végétales cette année est en forte hausse et que nous augmentons les stocks. On suivra surtout l'évolution de la politique d'importation d'huile ou de ses produits dérivés (biodiesel).

Question de "titi " : En blé, est-ce qu'il y a des facteurs qui font que les cours pourraient passer le cap des 200 € pour les prochains mois ? Les cours ont failli descendre en dessous des 180, y a-t-il des risques que ça descende en dessous ?

Gauthier Le Molgat : Actuellement, le blé récolte 2013 est au-dessus des 200 € après plusieurs mois dans une fourchette 180-200 €. L'activité export française est donc à suivre de près car il faut que le rythme progresse afin de maintenir de tels niveaux de prix. Sachant toutefois que nos principaux concurrents de la Mer noire ont eux aussi vu leur prix augmenter, resserrant leurs tarifs par rapport aux nôtres et augmentant de surcroît l'attrait de l'origine française. L'élément baissier majeur restera la situation du maïs qui ne semble actuellement pas imposer de repli des cours. Sachez que vous pouvez toujours, pour vous prémunir de tels risques, avoir recours à des stratégies d'options (notamment des puts).

Question de "urzana " : Quelles sont les perspectives pour le riz au niveau mondial ? Existe-t-il des cours mondiaux permettant de se situer ?

Gauthier Le Molgat : La production de riz, à l'échelle mondiale, reste inférieure à 480 millions de tonnes. Les échanges progressent peu, en dessous de 40 millions. Depuis 10 ans, le poids des Américains sur ce marché a fortement réduit car ils représentent moins de 10 % des échanges mondiaux. C'est un marché qui ne connaît pas les mêmes tensions que l'année dernière, compte tenu de la reconstruction des stocks. Le marché du riz est coté aux Etats-Unis et sur d'autres places asiatiques qu'il peut être intéressant de suivre. C'est avant tout un marché domestique.

Question de "JR " : Quelles perspectives d'évolution des cours du blé dur et blé tendre pour cette année ?

Gauthier Le Molgat : Le marché du blé dur est toujours malmené par la concurrence canadienne et aussi par les qualités disponibles. De plus, le différentiel actuel entre blé dur et blé tendre laisse songeur quant aux perspectives de semis l'an prochain. L'exportation canadienne reste donc à suivre notamment sur les débouchés méditerranéens d'autant que certaines difficultés logistiques sont signalées. Du coup, le marché français pourrait se stabiliser.

Question de "jako " : Par le passé, il m'est déjà arrivé de me positionner dès novembre pour la récolte de l'année suivante. Est-ce conseillé de le faire avec le niveau des prix à terme.  Merci pour votre réponse.

Gauthier Le Molgat : On observe actuellement que la nouvelle récolte affiche une décote de l'ordre de 10 € par rapport à la récolte en cours en blé. Ce qui offre des prix proches de ceux d'il y a quelques semaines pour la récolte 2013. La mise en place d'une sécurisation peut se comprendre, néanmoins en termes de fondamentaux, il faut reconnaître qu'en blé la situation reste globalement inchangée au niveau international conduisant ainsi à avoir un bilan toujours vulnérable aux moindres incidents climatiques. L'important est de savoir se fixer des objectifs et de connaître son seuil de commercialisation afin de pouvoir sereinement bâtir sa stratégie de vente.

Pour suivre l'évolution des cours des matières premières agricoles, rendez-vous sur :

L'observatoire des marchés


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous