Semoir monograine et électricité Monosem NG Plus M : toujours plus rapide et mobile

Terre-net Média

Monosem profite de l’Agritechnica pour présenter son nouvel élément semeur NG Plus M pour semer à toute vitesse ! Ajoutez lui une distribution à entraînement électrique et vous obtenez un nouveau concept de semoir monograine. La société française surfe aussi sur la tendance « mobilité » avec la sortie de deux applications et en laisse entrevoir de nouvelles.

L'élément semeur NG Plus M.L'élément semeur NG Plus M. (©Terre-net Média)C’est un nouvel élément semeur qui fait son apparition chez Monosem, le Monoshox NG Plus M. Il est développé dans l’optique d’augmenter les vitesses de semis sans altérer la qualité de l’implantation. Il reprend la suspension avec amortisseur déjà présent sur l’élement NX2 . Pour rappel, ce dernier associe des ressorts de pression à un amortisseur spécialement développé pour une application sur élément semeur. Les ressorts collent l’élément semeur au sol et l’amortisseur absorbe les secousses.

L’élément NG Plus M est monté sur un parallélogramme plus large que la version NG Plus 4. L’ajustement aux conditions de semis s’effectue grâce à deux ressorts de pression réglables. Et toujours dans le souci de s’adapter aux conditions de semis, l’élément est équipé d’une pointe à démontage rapide MonoV. Deux pointes sont disponibles pour dessiner le sillon : une version longue pour les conditions de semis normales et une version longue à oreilles courtes pour les semis en conditions sèches ou à faibles profondeurs.

Distribution a entrainement électrique NG Plus ME

En bleu, le moteur et la distribution alimentée par une courroie.En bleu sous le bloc électrique gris, le moteur et la distribution alimentée par une courroie. (©Terre-net Média)Le salon de Hanovre est aussi l’occasion pour le constructeur français d’aller plus loin dans la nouveauté avec son concept d’élément semeur à entraînement électrique qui s’intègre justement sur le NG Plus M. Chaque élément est équipé d’un moteur électrique, entraînant la distribution par une courroie crantée.

Le système est autonome en électricité car l’alimentation est assurée par une génératrice animée cependant par la prise de force de la turbine du semoir. Afin de garantir une alimentation constante des moteurs, le semoir est équipé d’une batterie. Le constructeur français précise que des cellules photoélectriques contrôlent les chutes des graines et la distance entre ces dernières. Ce concept qui sera commercialisé en série limitée au printemps 2014 peut disposer de la coupure de rangs par Gps si le boitier CS 8000 est relié à une antenne. Ce boitier assure aussi la gestion de la densité de semis et le contrôle de la chute des graines ainsi que de la distance entre graines.

Tout est dans l’appli

L'appli permet de faciliter le réglage de son semoir.L'appli permet de faciliter le réglage de son semoir. (©Terre-net Média)Pour faciliter le réglage des semoirs Monosem, la société française sort son appli disponible sur smartphone et tablette Androïd. Cette application  permet de connaître rapidement le réglage de la boîte de distances en fonction de la densité de semis souhaitée. Une fois l’étalonnage réalisé et les caractéristiques du semoir renseignées (modèle du semoir et de la boîte de distances, inter-rang et nombre de trous des disques), il suffit à l’utilisateur d’indiquer la densité de semis souhaitée (population/ha ou distance entre graines) pour connaître le rapport de la boîte de distances le mieux approprié. L’application propose le rapport correspondant exactement au réglage demandé ou les rapports inférieurs et supérieurs les plus proches du réglage souhaité. Ensuite, l’utilisateur n’a plus qu’à régler le semoir. De la même manière, cette application propose le réglage du fertiliseur et du Microsem.

Un système de pesée Bluetooth

Laision BluethootLaision Bluethoot (©Terre-net Média)Monosem propose également son fertiliseur avant Duo avec un système de pesée sans fil consultable sur tablette et smartphone Androïd. Le constructeur a équipé le fertiliseur avant Duo de quatre jauges de contrainte et d’un radar pour contrôler la vitesse. Un module placé sur le fertiliseur calcule, en continu, le poids restant dans la trémie.

Florian Cochet responsable de la promotion des ventes de Monosem précise que « l’information est transmise, via un signal Bluetooth, à la tablette/smartphone de l’utilisateur. Le système ne nécessite donc aucun câblage entre le fertiliseur et la cabine du tracteur et permet ainsi de s’affranchir d’un écran de contrôle supplémentaire en cabine. L’utilisateur dispose ainsi, en continu, d’une jauge pour visualiser la quantité restante dans la trémie. Son écran lui indique également le poids restant, la quantité épandue (kg/ha) et la surface travaillée. Si l’utilisateur choisit de ne pas visionner en continu sa tablette/smartphone, une alarme retentit lorsque la quantité restante est inférieure au seuil programmé. »

Avec le développement de ces deux applications, le constructeur français entrouvre la porte aux développements de nouvelles applications sans fil… à suivre.

Tous les articles sur Agritechnica 2013 en cliquant sur le visuel :

Agritechnica 2013  Retrouvez toutes les infos sur Agritechnica 2013.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous