Bilan météo septembre 2020 Le 16e mois chaud, malgré une fin septembre très fraîche

Terre-net Média

Parti pour figurer parmi les mois de septembre les plus chauds, septembre 2020 a finalement perdu pas mal de places dans le classement en raison d’une fin de mois très fraîche. Frédéric Decker, météorologue à MeteoNews, dresse le bilan climatique mensuel.

Champs automneSeptembre 2020 a été bien chaud malgré une fin de mois fraîche. (©Pixabay)

Après une chaleur omniprésente jusqu’au 22 ou 23, parfois même exceptionnelle du 13 au 16 avec des records, la dernière semaine a au contraire basculé dans une fraîcheur très marquée pour la saison dans un contexte perturbé. Avec une moyenne nationale de 18,5 degrés et un excédent de 1,5 degré, septembre 2020 ne se place ainsi qu’en 8e position des mois de septembre les plus chauds derrière 1999 (18,8), 1991 (18,9), 1987 (19,0), 2016 (19,1), 1961 (19,2), 2006 (19,3) et le record appartient toujours à septembre 1949 (19,5 degrés). D’autre part, les mois de septembre 2014 et 2011 ont connu la même valeur moyenne que cette année : 18,5 degrés.

16e mois consécutif au dessus de la moyenne

Le minimum absolu du mois a été atteint le 27 à Saint-Etienne avec 1,1 degré seulement. À l’inverse, Dax a enregistré un maximum de 37,8 degrés le 14. La vague de chaleur du milieu de mois a atteint un niveau exceptionnel, battant des records de chaleur mensuels malgré sa tardiveté. Le mois dernier a été le 16e mois consécutif au-dessus de la moyenne ou à son niveau (novembre 2019). Et sur la moyenne des neuf premiers mois de l’année, 2020 établit un record de chaleur avec 14,94 degrés, devant les 14,47 degrés de 2018.

Notons enfin que la nouvelle « normale » pour septembre, calculée sur la période 1991-2020, est désormais de 17,2 degrés, soit 0,2 degré de plus que la période 1981-2010 et 1,1 degré de plus que l’ancienne normale 1951-80.

Septembre est statistiquement le mois de l’année qui se réchauffe le moins vite en France.

Pluie absente avant un rattrapage

Aux abonnés absents au cours des trois premières semaines ou presque au cours de ce mois de septembre, la pluie est revenue en force durant la dernière huitaine, d’abord sous forme d’orages puis de passages perturbés répétitifs. La France a ainsi reçu 61 mm en moyenne nationale pour une normale de 68 mm. Le déficit est donc réduit à 9 % ce mois-ci malgré les trois semaines très sèches.

Un déficit de pluie de 18 % depuis le début de l'année

Les extrêmes du mois sont 17 mm seulement à Blois (Loir-et-Cher) pour le lieu le plus sec et 155 mm à Biarritz pour le plus arrosé. Sur les neufs premiers mois de l’année, il est tombé 466 mm sur le pays en moyenne pour une normale de 535 mm. Le déficit est donc important, de l’ordre de 18 %. Toutefois, de nombreuses années ont été plus sèches avec un record à 349 mm seulement en 1949.

Du soleil puis des nuages

La période chaude et sèche a correspondu bien évidemment à un temps très ensoleillé durant les trois premières semaines, avant une fin de mois largement plus sombre. La grosse avance prise alors a été partiellement comblée par cette période très nuageuse. Résultat : 210 heures d’ensoleillement en moyenne sur l’Hexagone pour une normale de 193 heures. Soit un léger excédent de 9 %. Nous restons loin du mois de septembre le plus ensoleillé, 1997 et ses 265 heures de présence du soleil !

On notera par ailleurs des tornades répertoriées en Charente-Maritime le 23, notamment sur l’île d’Oléron où des dégâts assez importants ont été recensés, puis dans le Var le 24.

Un mois de septembre donc bien chaud malgré une fin de mois fraîche, relativement sec et assez bien ensoleillé. Cet énième mois chaud, le 16e consécutif, s’inscrit une fois de plus dans le contexte de réchauffement climatique.

Retrouvez toutes les prévisions météorologiques de vos parcelles en vous connectant sur :

Observatoire météo de Terre-net Média

D'après un communiqué de MeteoNews

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous