Données agricoles Axema adhère au code de conduite européen

CLG Terre-net Média

Axema a annoncé que le « code de conduite européen relatif au partage des données agricoles par contrat » serait désormais le texte de référence pour ses adhérents. Par ailleurs, les industriels de l’agroéquipement soutiennent également les « 13 principes pour la valorisation et la sécurisation des données agricoles » portés par la FNSEA et les JA au niveau national.

« Améliorer la maîtrise des ressources, la santé et le bien-être animal, adapter les modèles économiques de nos entreprises vis-à-vis des attentes des consommateurs, réduire les coûts administratifs »: tels sont les nombreux défis que vise à relever l’agriculture 2.0. Toutefois, cela nécessite de partager de la data, engendrant quelques préoccupations chez les créateurs de ces données.

C'est pourquoi le « code de conduite » a été mis au point au niveau européen par un ensemble de parties prenantes agricoles et agroalimentaires réunies autour du Copa-Cogeca. Offrant la liberté à l'agriculteur quant à l'usage et l'exploitation de ses propres données, ce texte correspond à la position d'Axema sur le sujet. Pour Alain Savary, directeur général d'Axema, « ce projet permet de tirer le meilleur parti de l'entrée de l'agriculture dans l'ère numérique ». « Les enjeux liés aux données agricoles sont tels qu'il convient de poser tous les éléments de réassurance nécessaires à leur bonne acceptation par les acteurs qui sont les premiers concernés. C'est un prérequis indispensable à l'avenir de toute la filière. »

La France constituant le premier marché d'agroéquipement en Europe et le cinquième acteur d'un marché des agroéquipements mondialisé, la FNSEA et les JA ont transposé ce code au niveau national, donnant ainsi lieu à « 13 principes pour la valorisation et la sécurisation des données agricoles des exploitations agricoles » dans une optique de facilitation de l’innovation tout en rassurant les agriculteurs. Ce label « Data-Agri » est très similaire au « code de conduite européen ». Il propose de « donner le contrôle aux agriculteurs sur leur données, la possibilité de les mettre à disposition dans les conditions de leur choix, de pouvoir se rétracter s'ils le souhaitent et d'empêcher toute confiscation de données de la part des prestataires ».

« Si Axema voit positivement l'idée de ce label, elle a tout de même exprimé deux recommandations principales auprès de la FNSEA et des JA. En plus de proposer de traiter les données liées aux machines à travers des clauses juridiques propres aux constructeurs, Axema recommande également de donner une ampleur internationale au label avant d'y apporter son soutien ».


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous