Agriculture et compétitivité Christophe Dequidt : « La France est en train de tuer sa poule aux œufs d’or »

Terre-net Média

De son expérience vécue à travers des séjours dans de nombreux pays européens, Christophe Dequidt tire la sonnette d’alarme quant à l'avenir de l'agriculture française : « On est en train de tuer la poule aux œufs d’or ». Selon lui, des pays comme l’Italie, le Danemark ou l’Irlande ont défini une ambition agricole claire, « ce que n’a pas fait la France ».

[Vidéo] Christophe Dequidt : « Renouvelons le modèle agricole français et éduquons le peuple »

(Cliquez sur la vidéo pour la démarrer)

« En France, on est en train de tuer la poule aux œufs d’or », alerte Christophe Dequidt, communicant auteur du « Tour des moissons », un recueil de la visite d’une quinzaine de pays pendant le temps des récoltes.

« Il n’y a plus de modèle agricole clair. Nous avons perdu ce que j’appelle le « modèle Pisani » et nous ne l’avons pas renouvelé. Il est grand temps de penser et mettre en place un nouveau schéma, un nouveau modèle agricole français, pour gagner en compétitivité. » Christophe Dequidt estime pourtant que la France dispose des « meilleures organisations de filières au monde ». « Les autres pays nous envient pour cela. »

Et le globe-trotter de citer trois exemples européens : l’Italie, le Danemark et l’Irlande. « Il y a un leitmotiv clair dans ces pays : on ne va pas plus loin que ce qu’impose les règles européennes, on les respecte, on produit de la manière la plus rentable possible et on produit pour l’export. »

Dans ces trois pays, la tenue d’un cap stratégique clair et ambitieux pour leur agriculture s’est concrétisé par de profondes évolutions voire révolutions. « Le Danemark était une bulle inflationniste pour son foncier. Il y a dix ans, il y avait 45 000 agriculteurs à temps plein dans ce pays. Aujourd’hui, il n’y en a plus que 11 000. L’agriculture du Danemark a fait son évolution : le pays a désormais des exploitations bien plus grandes et bien plus performantes, toutes orientées vers l’exportation. »

En Italie, la stratégie n’est pas la même. « Là-bas, la rentabilité d’une bonne partie des exploitations tient à un système intégré très performant permettant aux producteurs de dégager des revenus. »

Troisième exemple cité par Christophe Dequidt : l’Irlande. « Le pays dispose depuis une dizaine d’années d’une agence d’État qui a décrété un référentiel auquel doivent se soumettre les agriculteurs pour fournir les débouchés d’exportation. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net
Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous