Coopératives et jeunes agriculteurs(2/3) « Une relation gagnant-gagnant financière, technique et humaine »

Terre-net Média

L'accompagnement que proposent les coopératives agricoles aux jeunes agriculteurs est peu connu des principaux intéressés. C'est pourquoi Denis Baro, président de La coopération Agricole de Nouvelle-Aquitaine, insiste sur l'importance de leur présenter bien en amont de l'installation. Ils pourront ainsi bénéficier de « l'esprit coop », qui consiste à « transmettre des bonnes pratiques et des valeurs ». À l'inverse, ces nouveaux adhérents apportent « du dynamisme et une nouvelle vision de l'agriculture ». Donnant-donnant, c'est l'essence même de la coopération, non ?

les cooperatives et les jeunes agriculteurs une relation gagnant gagnant « Les jeunes poussent à se remettre en question et à faire évoluer les systèmes d'exploitation », estime Denis Baro, président de la Coopération agricole de Nouvelle-Aquitaine. (©Fotolia,Semaine de l'agriculture d'Aquitaine // Création Terre-net Média) 

Si beaucoup de coopératives agricoles proposent des dispositifs spécifiques pour les jeunes agriculteurs (3/4 des structures interrogées du réseau de La Coopération Agricole selon une enquête de 2018-2019), peu de nouveaux installés connaissent ces mesures (4 % les sollicitent selon une enquête d'ADquation pour Agrodistribution menée en mai-juin 2019), qui diffèrent selon les entreprises et sont plus ou moins étoffées. D'où la nécessité de communiquer davantage sur ces diverses démarches d'accompagnement. 

Pour en savoir plus sur l'accompagnement proposé aux JA dans les coops, lire la première partie de cet article : Coopératives et installation (1/3) − Aides financières, techniques... : quelles mesures dédiées aux jeunes ?

« Nous organisons des réunions pour faire découvrir la coopération aux futurs installés, chaque coopérative ayant sa propre politique d'intégration », expliquait par exemple, lors de la visioconférence "La coopération, un levier à l'installation" de la Semaine de l'agriculture de Nouvelle-AquitaineDenis Baro, président de La Coopération Agricole dans cette région. 

« Parler de la coopération bien avant l'installation »

« Il importe d'intervenir très en amont de l'installation, durant la formation notamment. C'est pourquoi nous participons aux rencontres qui se déroulent dans les établissements de l'enseignement agricole, pour présenter les avantages des coopératives pour les exploitants mais également les métiers que l'on peut exercer dans les entreprises de notre réseau. »

Écouter l'ensemble des débats de la web-conférence "La coopération, un levier à l'installation :

Cliquer sur le curseur pour lancer la vidéo.

Ainsi, si le principal atout pour les porteurs de projet est économique − 73 % des coopératives mettent en place des aides financières (enquête de La Coopérative Agricole) et 70 % des JA en bénéficient (enquête ADquation pour Agrodistribution), notamment parce que le modèle de la coopération repose sur la mutualisation, les bénéfices pour les jeunes producteurs dépassent largement ce seul aspect comme en témoigne ci-dessous Denis Baro.

Voir également les mesures de protection contre le coronavirus mises en place dans les coops pour la moisson 2020 : Du champ au silo, toute une moisson de gestes barrières contre le Covid-19

[Témoignage] Denis Baro, président de La Coopération Agricole de Nouvelle-Aquitaine

« L'esprit coop, c'est transmettre des bonnes pratiques et des valeurs »

« L'esprit coop, c'est aussi transmettre des gestes techniques, des bonnes pratiques et des valeurs, insiste Denis Baro. Il y a aussi un enjeu territorial : aider les futurs agriculteurs à identifier les divers acteurs » avec lesquels ils vont travailler et faciliter les premiers contacts avec eux pour favoriser l'intégration locale, a fortiori lorsqu'ils s'installent en hors cadre familial, viennent d'un autre département et/ou ne sont pas du milieu agricole. « L'essentiel est d'être à l'écoute des jeunes ! »

Être à l'écoute des jeunes. Ils apportent du sang neuf, du dynamisme et une autre vision de l'agriculture.

Et réciproquement, les jeunes agriculteurs permettent de « pérenniser les coopératives », leurs différents sites et silos, et de renouveler, en plus des générations d'exploitants agricoles et d'adhérents, celles des élus au conseil d'administration. Ce sang neuf « apporte du dynamisme et une vision nouvelle », souligne Denis Baro.

Les commissions "jeunes", des laboratoires d'idées.

« Les jeunes poussent à se remettre en question et à faire évoluer les systèmes d'exploitation. Ils sont particulièrement moteurs concernant l'agro-écologie. Il faut que chaque coopérative ait une commission "jeunes" car c'est un laboratoire d'idées et d'initiatives. » « Malheureusement, ils sont souvent réticents à s'engager, regrette-t-il. Installés depuis peu, ils ont la tête dans le guidon. » C'est dommage : « La coop est un tabouret à plusieurs pieds, solide, sur lequel ils peuvent s'appuyer. »

La coop, un tabouret à plusieurs pieds sur lequel les JA peuvent s'appuyer.

Et les jeunes agriculteurs, que pensent-ils des coopératives ?

Réponse, dans les semaines à venir, avec les témoignages de Thibault Tauzia, Julien Biteau, Christophe Villier et Angélique Chabrely.

© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous