Récoltes de maïs 2014 Les rendements record de 10,7 t/ha ne rendent pas la culture rentable

Terre-net Média

La production de maïs grain atteint 18 millions de tonnes cette année sur une surface de 1,63 million d’hectares, en repli de 3 %.

Irrigation et maïsEn Poitou-Charentes, 156 q/ha de grains de maïs en monoculture irriguée ont été récoltés et une parcelle de 95 ha a même produit 173 quintaux par hectare. (©Terre-net Média)

Même excellents, les rendements de maïs ne font décidément plus les revenus des agriculteurs ! Estimés à 10,7 t/ha en moyenne au niveau national, ils réduisent le coût moyen de production de la tonne à 160 € environ (contre 175 € en 2013) mais le prix de campagne payé aux producteurs est d’environ 130 € ! Aussi, avec des aides Pac en baisse de 9 % par rapport à leur montant payé l’an passé, de nombreux producteurs pourraient de nouveau dégager de faibles revenus après une année 2013 déjà mauvaise. Seules les conditions climatiques hivernales aux Etats-Unis et une dégradation de la situation politique en Ukraine pourraient impacter les marchés et conduire à une nouvelle hausse des prix après celle observée en octobre dernier.

Aucun maïsiculteur n’a échappé à une dégradation du fonds de roulement de son exploitation. De plus en plus de producteurs financent à crédit leur campagne auprès de leur coopérative. Et si la conjoncture ne se redresse pas l’an prochain, près d’un quart d'entre eux seront en grandes difficultés et cesseront leur activité.

Christophe Terrain, président de l’Association générale des producteurs de maïs était pourtant heureux, ce 19 novembre 2014, d’annoncer à la fois des rendements exceptionnels et une production record de maïs de 18 millions de tonnes pour une surface de 1,63 million d’hectares, en repli de 3 % sur un an. En Europe aussi, la récolte de maïs grain est très bonne (72 à 73 millions de tonnes). Seules 6 millions de tonnes seraient importées des pays tiers.

De plus en plus de contraintes

Après un début de campagne caractérisé par des difficultés d’implantation à l’ouest et un déficit hydrique à l’est, les conditions climatiques ont été très favorables au développement des plantes. En particulier les mois de septembre et d’octobre.

Le rendement moyen de 10,7 t/ha au niveau national masque évidemment des disparités entre régions mais les récoltes sont excellentes. Elles portent la hausse moyenne de la production sur 10 ans à 1,44 quintal par hectare. Et celle observée dans les exploitations élites suivies par l’Agpm et Arvalis-Institut du végétal affiche des progressions spectaculaires. En Poitou-Charentes, 156 q/ha de grains de maïs en monoculture irriguée ont été récoltés et une parcelle de 95 ha a même produit 173 quintaux par hectare. Des pointes de 200 quintaux par hectare sur cette parcelle ne sont pas exclues localement.

« Sur le marché, les acheteurs trouveront les qualités et les quantités de maïs en abondance », se réjouit Christophe Terrain. La forte hétérogénéité de la qualité des grains dans l’est de la France (apparition de mycotoxines lors de la floraison) ne compromet pas la commercialisation des grains contaminés.

Mais Christophe Terrain déplore que les producteurs de maïs soient de plus en plus démunis pour lutter contre les parasites. « Des molécules sont retirées du marché et les contraintes d’utilisation des produits de protection des plantes sont de plus en plus fortes, à l’origine de disparités avec les autres pays producteurs », explique t-il. « Ces inquiétudes sur les facteurs de production imposent un nouveau volontarisme et du courage politique de la part des pouvoirs publics », a déclaré le président de l’Agpm.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous