« Tout est possible » Encore un film sur l'agriculture dans les salles obscures

Terre-net Média

Un nouveau film sur l'agriculture, américain cette fois, vient de sortir au cinéma mercredi 9 octobre, deux semaines seulement après Au nom de la terre avec Guillaume Canet sur le suicide des agriculteurs. Plus léger, ce documentaire raconte le changement de vie de son réalisateur John Chester et de sa femme, qui ont quitté Los Angeles pour créer une ferme durable et éco-responsable. Certes, ils rencontrent des obstacles mais parviennent toujours à s'en sortir. Un peu idéaliste peut-être, voire "écolo bobo". On y voit cependant qu'être agriculteur et gérer une exploitation n'est pas si simple.

film the biggest little farm "Tout est possible" a participé à plusieurs festivals cinématographiques. (©The biggest little farm) 

Lfilm Tout est possible a rencontré un vif succès aux États-Unis, où il a reçu de nombreuses récompenses. En sera-t-il de même en France ? Sorti mercredi 9 octobre, il est projeté dans près de 80 salles dans tout le pays.

Contre-pied de ce film américain optimiste, le long métrage français Au nom de la terre avec Guillaume Canet, sur le suicide des agriculteurs, a réalisé près d'un million d'entrées en deux semaines.

Lire l'interview du réalisateur Édouard Bergeon :
« Il n’y a pas de pays sans paysans »

« Tout a commencé par une promesse » entre John Chester, cameraman pour des documentaires animaliers, et sa femme Molly, cheffe cuisinière à domicile, entend-on au début de la bande-annonce. Ils rêvent de cultiver eux-mêmes les produits qu'ils consomment. Expulsés de leur petit appartement au cœur de Los Angeles, ils décident de prendre un virage radical : créer une ferme durable et éco-responsable, baptisée Apricot Lane Farms, sur des terrains arides près de cette ville.

La bande-annonce du film The biggest little farm (Tout est possible en français) :

Cliquez sur le curseur pour lancer la vidéo.

Une aventure humaine

Pendant 10 ans, ils filment la mise en place de leur projet professionnel et de vie, avec son lot de réussites et d'échecs. Aidés par des experts de la biodynamie, ils parviennent notamment à remettre en culture 80 ha de terres presque totalement épuisées, malgré le passage de plusieurs ouragans, des attaques de coyotes dans le poulailler et d'oiseaux dans les vergers. « Nous avons vu des choses que nous n'aurions jamais pensé voir », souligne la voie off. John et Molly recréent un écosystème complet où une grande diversité de cultures et d'élevages se côtoient en « harmonie », « où chaque chose a sa raison d'être ». De cette « aventure », humaine surtout, « est née la ferme de nos (leur, NDLR) rêves ».

Sur le même sujet, voir le documentaire Jeune Bergère. Une Parisienne décide de tout quitter pour élever des moutons en Normandie.
Un documentaire sur les joies et les peines de l'installation

Comme quoi tout est possible ! Ce documentaire, certes un peu "écolo bobo" et idéaliste, montre cependant que le travail d'agriculteur et la gestion d'une exploitation sont difficiles mais que cela apporte aussi beaucoup de bonheur. La beauté des images met en valeur la nature, les possibilités qu'elle offre comme sa complexité, mais également l'agriculture. Même si le modèle mis en avant n'est pas le plus représenté, ni le seul possible, il existe néanmoins.

 On a besoin de montrer des gens, créatifs, qui ont des initiatives formidables.

Un film tendre, émouvant et drôle, où on apprend plein de choses.

Cyril Dion, doubleur.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous