; Chiffres de Miimosa sur la transition agricole

Enquête Miimosa Qui sont les exploitant(e)s engagé(e)s dans la transition agricole ?

Terre-net Média

Grâce à une enquête réalisée en vue du Salon de l'agriculture, Miimosa a établi le profil des producteurs et productrices engagés dans la transition agricole. 45 % sont des femmes et 50 % sont éleveurs. Et beaucoup ont des requêtes à formuler auprès des candidats à l'élection présidentielle, notamment pour que l'État soutienne davantage les démarches responsables.

À l'occasion du Salon de l'agriculture, Miimosa a réalisé une enquête auprès des agriculteurs et agricultrices impliqués dans la transition agricole. Principaux résultats : 45 % sont des femmes alors qu'elles ne représentent que 30 % des exploitants en 2020. Et 50 % ont pour activité principale l’élevage.

51 % souhaitent avoir un impact direct et concret sur l’environnement et la santé, en particulier en faveur de la biodiversité, et 33 % veulent agir au niveau social. Mais 68 % alertent sur les difficultés d'accès au financement pour des projets qui pourtant, pour les deux tiers, ont des besoins inférieurs à 100 000 €.

D'ailleurs, 84 % des personnes interrogées voudraient que les démarches responsables soient mieux soutenues par le gouvernement. C'est même ce qu'ils demanderaient en premier aux candidats à l'élection présidentielle.

Changer d'identité visuelle pour accélérer les choses

Mi-février, en amont du Sia également, Miimosa a lancé sa nouvelle identité visuelle.


Logo Miimosa

DEVIENT

nouveau logo miimosa fevrier 2022
 
Ce changement vise à « renforcer les nécessaires passerelles ainsi qu'à recréer du lien entre le monde agricole et la société à travers le financement de la transition agricole ». L'entreprise souhaite également mettre davantage en avant ses « valeurs » : « le respect, la transparence, la résilience, la passion ». « La nouvelle identité de Miimosa traduit la volonté de rassembler les contributeurs et les porteurs de projets autour d’un signe fédérateur », complète Aude Romelly, directrice marketing et communication.

« 110 contributeurs actifs et potentiels, ainsi que 90 porteurs de projets engagés, accompagnés ou non par la plateforme, ont été interrogés sur leur perception de la marque et leurs attentes vis-à-vis d’elle. Ils ont été consultés tout au long de la redéfinition de son identité. » « Après sept années d’existence et un changement d'échelle, nous avions besoin de cette prise de recul sur la représentation visuelle de notre mission et de nos valeurs. Il me paraissait ainsi fondamental d’intégrer toutes les parties-prenantes à ce travail de refonte : collaborateurs, citoyens et agriculteurs », conclut Florian Breton, fondateur et directeur général.

Autres outils : fonds de dette, grille d'évaluation des projets

En janvier 2022, un mois avant de changer d'identité de marque, Miimosa a en outre créé le premier fonds de dette européen dédié à la transition agricole et agroalimentaire, afin d'accélérer encore celle-ci : Miimosa transition #1, doté de 30 M€ (plus de détails à la fin de l'article : Un double appel au financement participatif reçu 5 sur 5).

De même, afin de favoriser les initiatives dans ce domaine, la plateforme de financement participatif a mis en place une nouvelle grille d'évaluation extra-financière pour les prêts rémunérés comprenant des critères économiques, sociaux et environnementaux en lien avec les Objectifs du Développement Durable (ODD) fixés par l’Onu. Il s'agit de vérifier si ces dernières  « font vivre durablement les secteurs agricole et agroalimentaire, permettent une cohésion sociale autour du bien essentiel qu'est l’agriculture, préservent l'environnement et contribuent à la lutte contre le dérèglement climatique ».

Depuis sa création en 2015, Miimosa a collecté près de 70 M€ et soutenu 5 000 projets. Soit 35 000 emplois préservés. Et pour 75 % des bénéficiaires, « l'aspect sociétal a été un élément déterminant » dans le lancement de leur campagne de crowdfunding. Les paramètres économiques et sociaux d'appréciation sont donc remplis. Sur le plan écologique, l'impact carbone sera mesuré dès cette année et celui sur la biodiversité à partir de l'an prochain.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous

Terre-net Média