Manifestation du 5 novembre Grand Ouest : grogne et actions tous azimuts des agriculteurs

Afp

Rennes, 5 nov 2014 (AFP) - Les agriculteurs de l'Ouest de la France, première région agricole de l'Hexagone, ont organisé mercredi matin plusieurs actions : opérations escargot dans l'Eure et dans les Côtes d'Armor, incendies de pneus au Mans, blocage de la circulation à Alençon (Orne)...

Pour suivre les manifestations en direct, cliquez sur : Suivez les manifestations Fnsea-JA de ce 5 novembre 2014

Au Mans, quelque 200 agriculteurs, venus avec une cinquantaine de tracteurs, ont déversé des pneus et de la paille qu'ils ont enflammés devant la préfecture, avant de jeter des œufs et des sachets remplis de purin sur les forces de l'ordre, a constaté un photographe de l'Afp. Ces derniers ont fait usage de grenades lacrymogènes pour repousser les manifestants qui, avant cette action, avaient déjà mis le feu à des pneus devant la direction départementale de l'Agriculture. Une trentaine d'agriculteurs ont ensuite investi une grande surface pour y contrôler l'origine des viandes, sans incident, avant de se rendre devant des lieux de restauration rapide pour la même opération, déversant notamment des déchets de ferme devant l'un d'entre eux.

A Nantes, 300 agriculteurs et une centaine de tracteurs, selon la police et les organisateurs, se sont rassemblés devant la préfecture. Leurs pancartes et banderoles proclamaient notamment « L'escrologie nous protège », « Ségolène tu nous emmerde » (sic) ou « L'agriculture rapporte vos déchets ». Les manifestants, des maraîchers, horticulteurs ou encore marchands de bestiaux du département, portaient des t-shirts « Fiers de vous nourrir », « Laissez-nous produire » ou encore « Stop aux contraintes ». Des poireaux pourris et du fumier ont été déversés sur les grilles de la préfecture, ainsi que des plumes et de la paille. Ils ont ensuite lâché des ragondins vers la préfecture et jeté des animaux morts (ragondins et un sanglier) sur des tas de fumier, purin, lisier, poireaux.. déversés devant le bâtiment.

Même scénario à Angers où les agriculteurs, arrivés en force avec 280 tracteurs, ont épandu des plumes et lâché des ragondins devant la Dreal (Direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement) avant d'en souder les grilles d'accès. Ils ont ensuite convergé vers la cité administrative où d'autres tracteurs bloquaient déjà les accès, rassemblant sur place en tout entre 2.000 et 800 agriculteurs et 500 à 380 tracteurs, selon les organisateurs et la police. Ils ont lancé des œufs pourris sur les bâtiments, déversé du fumier ainsi que des chrysanthèmes.

En Vendée, les agriculteurs ont brûlé dans une vingtaine de communes des bottes de paille à des ronds-points, avant de converger en fin de matinée vers la Roche-sur-Yon où entre 650 et 800 personnes, selon la police et la Fdsea, ont déversé 350 kilos de plumes de volaille, du fumier et des déchets de maïs.

Dans l'Orne, entre 250 et 300 agriculteurs ont bloqué tôt dans la matinée l'entrée principale de la cité administrative à Alençon et amassé des chariots de grandes surfaces devant les grilles de la préfecture. Ils ont aussi bloqué un des ronds-points de la ville, a constaté un correspondant de l'Afp.

Dans la Manche, entre 200 agriculteurs, selon les manifestants, et une centaine, selon la préfecture, ont déversé avec leurs tracteurs quelque 200 tonnes de déchets devant la Direction départementale des territoires et de la Mer (Ddtm). Du fumier et des déchets agricoles ont aussi été déversés devant les impôts à Avranches.

Dans la Sarthe, quelque 200 agriculteurs, venus avec une cinquantaine de tracteurs, ont déversé de la paille et du fumier et enflammé des pneus devant la direction départementale de l'agriculture au Mans. Ils ont accroché une banderole sur laquelle était écrit : « Touche plus à ma ferme », selon un photographe de l'Afp. Ils bloquaient aussi la circulation du tramway devant la préfecture de la Sarthe.

Dans l'Eure, quelque 200 tracteurs sont partis de dix lieux différents, roulant à faible allure à destination d'un site de la périphérie d'Evreux. En début d'après-midi, le cortège doit se rendre vers la préfecture où une « micro ferme » doit être installée. Une distribution gratuite de pommes, pommes de terre et de lait est prévue.

En Mayenne, des manifestants perturbaient la circulation à des ronds-points de la rocade de Laval, selon la préfecture.

En Seine-Maritime, partis de dix points différents, les manifestants ont visité une entreprise de plats cuisinés, des hypermarchés d'Yvetot ou encore un site de restauration rapide pour y effectuer des contrôles de l'origine des produits alimentaires. « Nous avons découvert notamment du poulet venu de Thaïlande et du Brésil, des champignons de Paris récoltés en Chine, des escargots de Bourgogne de Macédoine », a déclaré à l'Afp Arnold Puech d'Alissac, président de la Fdsea 76. Ils devaient se rendre aussi à E'Caux Centre, une plateforme d'aliments biologiques, financée avec des fonds de l'Etat et des collectivités, un « projet idéologique et pharaonique » selon la Fnsea 76 et les jeunes Agriculteurs qui n'est resté ouvert que 14 mois avant de fermer en septembre 2013. Les manifestants vont symboliquement « enterrer l'idéologie » en creusant un trou pour y mettre un cercueil, a indiqué à l'Afp Yvon Riouall, directeur de la Fnsea 76. 

En région Centre, quelque 350 agriculteurs avec plus d'une centaine de tracteurs (150, selon les organisateurs), ont déversé le contenu de leurs remorques de lisier et de fumier devant l'hôtel de ville de Tours. A Bourges, du fumier et de la paille ont aussi été déversés.

Dans les Côtes d'Armor, une dizaine de tracteurs roulaient à faible allure sur l'axe Lannion-Guingamp, ont constaté des journalistes de l'Afp. D'autres convois devaient partir de Guingamp, Paimpol et Broons, pour converger vers Saint-Brieuc. Des actions sont prévues à Angers, Nantes et La Roche-sur-Yon. 


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous

Afp