Insee L'agriculture française a créé moins de richesse en 2019

AFP

L'agriculture française a moins créé de richesse en 2019 sous l'effet conjugué du recul de la production et de la hausse des charges, selon une note de l'Insee publiée vendredi. (Mis à jour à 17h41)

Après deux années de hausse, la contribution de l'agriculture à l'économie française - calculée sous la forme d'une valeur ajoutée brute par actif - s'est repliée de 4,3 % en 2019. Elle avait augmenté de 10,6 % en 2018 grâce à une progression de la valeur de la production agricole. En 2019, la valeur de la production agricole, hors subventions, a reculé de 1,6 %, en raison des produits végétaux (- 4,3 %), alors que celle des produits animaux augmentait (+ 2,5 %), selon ces données provisoires.

Les prix des produits animaux étaient « tirés par ceux des porcins qui ont fortement rebondi (+ 21,5 %) du fait de la demande chinoise », indique l'Insee. Le prix du lait a également progressé en 2019 (+ 3,6 %), l'Insee soulignant que « la demande mondiale reste dynamique et l'Europe profite des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine ».

L'organisme statistiques relève que, « comme en 2018, l'évolution de la production viticole est l'effet dominant, mais cette fois à la baisse. Du fait de conditions climatiques défavorables, la production de vin recule fortement en volume (- 14,1 %) et les prix se replient aussi mais de façon plus modérée (- 2,0 %) ».

L'Insee souligne par ailleurs une augmentation des charges des agriculteurs (+ 1,2 %), « du fait d'une hausse des prix des intrants, malgré une légère baisse de leurs volumes ».  Pour la FNSEA, ces chiffres révèlent « des situations alarmantes pour l'année 2019 sur beaucoup de filières qui cumulent baisse des volumes, baisse des prix, et sont soumises à une augmentation du coût des consommations intermédiaires » que sont l'électricité, les engrais ou les dépenses vétérinaires.

L'Insee note aussi que l'emploi agricole a poursuivi sa décrue (-1,5% entre 2018 et 2019) « avec même une accélération du recul de l'emploi non salarié ». Sur l'année, il est estimé que les exploitations ont été subventionnées à hauteur de 8,2 milliards d'euros, « quasiment au même niveau qu'en 2018 ».


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous