; Forte hausse des prix des produits agricoles en France en avril 2022

Insee Les prix agricoles à la production continuent d'augmenter en avril

AFP

Les prix des produits agricoles ont continué d'augmenter drastiquement en avril en raison de la guerre en Ukraine, des sanctions internationales contre la Russie et des épisodes de sécheresse, a annoncé l'Insee mardi.

D'avril 2021 à avril 2022, les prix agricoles à la production ont augmenté de 30,8 %, après une hausse de 27,1 % entre mars 2021 et mars 2022 - l'indice IPPAP ayant été légèrement révisé. Ce dernier mesure l'évolution des prix des produits agricoles lors de leur première mise sur le marché.

« Cette hausse, due en particulier à l'envolée des prix des céréales et des oléagineux, est inédite : avant mars 2022, la plus forte hausse mesurée sur un an était de 26,1 % en mars 2008 », indique l'institut de la statistique.

La flambée concerne au premier plan les oléagineux (tournesol, colza, soja), dont le prix a quasiment doublé comparé au même mois de l'année dernière, suivis des céréales (blé, maïs, orge) qui s'envolent de 75,5 %.

Par ailleurs, le prix des produits agricoles a continué d'augmenter d'un mois sur l'autre, mais le rythme des hausses semble s'essouffler après des records.

En avril 2022, les prix des céréales ont enregistré une légère croissance de 2,9 %, après avoir grimpé de 36,9 % en mars, une augmentation qui était « exceptionnelle », selon l'institut.

« Cette nouvelle hausse s'inscrit dans le sillage de l'évolution des prix du blé tendre (+ 4,2 %) », qui continuent de monter en raison du conflit en Ukraine, des sanctions infligées à la Russie et de la sécheresse qui affecte certaines récoltes aux États-Unis.

En revanche, après des hausses record, « le prix du maïs s'est replié en avril (- 2,3 % après + 38,2 % en mars), avec notamment une concurrence internationale qui s'intensifie », indique l'Insee.

Les prix des oléagineux continuent aussi de monter de 8,4 %, « après la spectaculaire progression de mars » évaluée à 27,4 %. Parmi eux, ceux du tournesol, dont l'huile s'échange à prix d'or, se replient légèrement de 0,9 % après une poussée de 43 % en mars.

Malgré un ralentissement de l'épizootie de grippe aviaire en France et en Europe ces dernières semaines, le prix des œufs a aussi continué d'augmenter fortement sur un mois (+ 26 %) et double presque sur un an « en raison d'une offre limitée et d'une demande forte ».

L'interprofession de l'œuf avait annoncé mi-mai que la France, championne européenne, perdrait environ 9 % de sa production cette année à cause de cet épisode.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous

AFP