Accords commerciaux Bruxelles va se pencher sur l'impact des accords bilatéraux sur l'agriculture

AFP

Des pays européens attendent d'ici « quelques semaines » une étude de Bruxelles sur les effets cumulatifs des accords commerciaux conclus par l'Union européenne, en particulier dans le secteur agricole, a annoncé vendredi le ministre belge des Affaires étrangères, lors d'une réunion des ministres européens du Commerce, à Innsbruck en Autriche.

« L'idée, c'est d'avoir une approche plus globale des effets des accords de libre-échange sur certains secteurs, dont l'agriculture », particulièrement sensible en Europe, a expliqué Didier Reynders, dont le pays, la Belgique, est à l'origine de cette demande.

« Il ne suffit pas de dire que l'effet d'un accord commercial est marginal. Sur un accord, c'est peut-être vrai, mais pas sur cinq ou dix », a-t-il estimé lors d'un échange à Innsbruck (Autriche) avec quelques journalistes, en marge d'une réunion des ministres du Commerce de l'UE.

La commissaire européenne au Commerce « Cecilia Malmström est tout à fait prête à rentrer dans le débat », a-t-il assuré, précisant qu'il espérait un rapport sur le sujet de la Commission européenne d'ici « quelques semaines voire quelques jours ». Le précédent rapport de l'exécutif européen remonte à 2016.

Selon M. Reynders, l'initiative belge a reçu le soutien de la France, de l'Italie et de quelques pays de l'est de l'Europe. « On veut que les chiffres soient clairement apparents », a-t-il insisté.

Les accords récemment conclus par l'UE, comme ceux avec le Canada - le Ceta - ou le Japon, incluent des quotas pour certains produits agricoles, par exemple le bœuf, qui inquiètent les producteurs européens.

Les négociations en cours sur d'autres accords, en particulier celui avec les pays du Mercosur, sont également très délicates en ce qui concerne l'agriculture.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous