Politique CPNT va lancer un parti, La Droite rurale, pour parler ruralité à LR

AFP

Le parti Chasse, Pêche, Nature et Traditions (CPNT), associé aux Républicains, a annoncé le lancement d'un nouveau parti, « La Droite rurale », qui entend être au sein de LR un porte-voix de « la ruralité et des périphéries », dans une « France à deux vitesses ».

Le futur parti, qui devrait être lancé lors d'un congrès en juin, veut « élargir l'écoute de la ruralité au-delà de l'ADN chasse et pêche », une « bannière qui par endroits peut être un peu réductrice », a déclaré jeudi à l'AFP Eddie Puyjalon, élu régional de Nouvelle-Aquitaine et président de CPNT. Il a assuré que plus de 500 élus locaux se sont d'ores et déjà dits intéressés pour adhérer au futur parti, à la réflexion depuis 2-3 ans, et devraient être présents au congrès fondateur, qui avalisera le nom, La Droite rurale étant à ce stade une proposition. La Droite rurale viserait avec LR un partenariat « un peu à la manière de Sens commun », avec l'ambition de porter au sein de LR, « la parole et les intérêts de la ruralité, dont les thèmes ont été absents des débats de la primaire de la droite, et de la présidentielle », a déploré Eddie Puyjalon.

Sur la ruralité, les services publics, les transports, les carburants, « nos demandes et positions, depuis 25-30, ans sont au cœur de ce qui a fait le soulèvement des Gilets jaunes. Mais personne n'a écouté », a-t-il ajouté, dénonçant les « OPA depuis des années sur le monde rural du FN puis du RN, qui n'en ont pas l'ADN mais qui "rasent gratis" ». La Droite rurale se veut « une force de proposition d'une écologie de droite, prête à bousculer les choses, y compris la droite, y compris nos amis agriculteurs, chasseurs », a ajouté Eddie Puyjalon, évoquant notamment le dossiers des produits phytosanitaires. Mais le parti sera « plus favorable aux éleveurs et agriculteurs qu'aux ours et aux loups ».

CPNT, fondé en 1989, revendique environ 3 000 membres. C'est un parti associé à LR depuis 2012, année où il a soutenu Nicolas Sarkozy à la présidentielle. Auparavant, CPNT, dont le pic électoral reste 6,77 % aux européennes de 1999, avait présenté deux candidats à la présidentielle : Jean Saint-Josse en 2002 (4,23 %) et Frédéric Nihous en 2007 (1,15 %). En 2017, CPNT avait soutenu Nicolas Sarkozy à la primaire, puis François Fillon. La Droite rurale, qui vise des candidats aux municipales de 2020 et régionales de 2021, ne sonne pas l'abandon de CPNT, « une belle histoire politique partie du bas » et qui restera mobilisée sur des « thématiques plus spécifiques » de chasse, pêche, a ajouté Eddie Puyjalon


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

Chargement des commentaires


Contenu pour vous