Critiques sur les aides à l’installation JA rappelle l’efficacité du dispositif à l’installation

Terre-net Média

En réaction aux critiques formulées par la Cour des comptes européenne concernant le ciblage des aides à l’installation dans quatre pays d’Europe, dont la France, JA suggère à l’Union européenne de « se pencher sur des dispositifs d'aides à l'installation qui ont fait leur preuve dans certains Etats membre comme la France ».

La Cour des comptes européenne a réalisé un audit des aides à l'installation portant sur quatre pays européens, dont la France. Le rapport, sorti le 29 juin dernier, accable le mauvais ciblage des aides à l'installation. « Doit-on y voir une annonce de coupe budgétaire ou bien l'Union européenne souhaite-t-elle revoir sa copie sur la répartition des aides ? » s’interroge Jeunes agriculteurs dans un communiqué.

« Si le ciblage des aides à l’installation en Europe est loin d’être parfait, il n’en demeure pas moins que des dispositifs à l’installation dans un certain nombre d’Etats membres font leur preuve, a réagi Jérémy Decerle, président du syndicat. L’Union européenne devrait alors s’en inspirer pour mettre en place une politique européenne à l’installation avec des moyens à la hauteur de ses objectifs. JA est en tout cas prêt à y contribuer. La Commission européenne ne ferait-elle pas mieux de mandater la Cour des comptes pour vérifier la pertinence de verser des aides à des bénéficiaires qui n’exercent pas le métier ? »

« S'agissant du top up jeune, sans définition de l'actif agricole au niveau européen, nous ne pouvons pas avoir la certitude que ces aides bénéficient pleinement aux vrais agriculteurs », poursuit le syndicat dans son communiqué. C'est ce que défend Jeunes Agriculteurs pour la Pac post-2020 : la reconnaissance de l'actif agricole pour que la Pac finance les hommes et pas les hectares. »

Et le syndicat de défendre le bilan du dispositif d’installation en agriculture en France. « 97,8 % des jeunes agriculteurs qui bénéficient de la dotation jeune agriculteur sont toujours en activité cinq ans après le lancement de leur projet. Ce haut niveau de maintien n'a pas d'équivalent dans d'autres secteurs et est le signe d'un ciblage performant des aides au service de jeunes installés durablement. L'accompagnement humain et technique apporté par le dispositif à l'installation permet à la France de cibler les aides vers des projets d'exploitations viables et des porteurs de projet formés. L'obligation de réaliser un plan d'entreprise sur quatre ans exige des jeunes agriculteurs la maturation de leurs projets avec l'aide de conseillers.

De plus, le débloquement des aides nécessite un niveau de connaissance théorique (niveau baccalauréat agricole) et des formations complémentaires (stage de 21h ). Si aujourd'hui les montants varient en fonction de zones, cette reconnaissance du milieu (plaine, défavorisé, montagne) permet de renforcer le tissu rural des zones les plus compliquées avec un apport plus important. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous