TTIP L'UE ne troquera pas produits agricoles contre clignotants

AFP

Berlin, 6 mai 2016 (AFP) - L'UE n'est pas prête à « sacrifier » ses standards dans l'agro-alimentaire à un meilleur accès des Européens au marché automobile américain, a affirmé un ministre allemand, critiquant les États-Unis pour n'avoir fait « pratiquement aucune concession sérieuse » dans les discussions sur le TTIP.

« Nous n'allons pas sacrifier nos standards élevés dans l'agro-alimentaire à l'autorisation (aux États-Unis) de clignotants européens », a affirmé le ministre de l'Agriculture Christian Schmidt dans un entretien à l'hebdomadaire Der Spiegel à paraître samedi, dont le magazine a publié certains extraits vendredi. « L'un n'a rien à voir avec l'autre, il n'y aura pas de troc de ce type », a-t-il ajouté.

En début de semaine, l'ONG Greenpeace a publié plus de 200 pages de documents confidentiels de négociations entre les États-Unis et l'UE sur l'accord de libre-échange TTIP. Il en ressort, selon certaines interprétations, que Washington essaie de garantir un accès au marché européen pour les produits agricoles américains, en échange d'un accès facilité des Européens au marché automobile américain. Cela impliquerait d'adapter certaines normes techniques, par exemple sur les clignotants. Les États-Unis « doivent enfin bouger si nous voulons que cet accord aboutisse », a déclaré le ministre conservateur. « Jusqu'ici en tout cas, ils n'ont fait pratiquement aucune concession sérieuse », selon lui.

La position officielle du gouvernement allemand, répétée par la chancelière Angela Merkel mercredi, est que Berlin «met tout en oeuvre pour conclure les négociations, de préférence cette année ». Certains membres de son gouvernement, notamment le ministre de l'économie Sigmar Gabriel, ont fait preuve de scepticisme mais pour le moment, cela était plutôt le fait du camp social-démocrate dans le gouvernement. Conservateurs et sociaux-démocrates gouvernent ensemble à Berlin, et ces derniers sont beaucoup plus réservés sur le TTIP que le camp de la chancelière. Les chances pour aboutir à un accord semblent s'être amenuisées cette semaine, avec des déclarations très sceptiques en provenance notamment de France, suite à la publication des documents de négociation.


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net


Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous