[Tribune] Arrêté anti-phytos à Langouët « La dictature des fantasmes »

Cédric Henry, président de la FDSEA d'Ille-et-Vilaine Terre-net Média

Le maire de Langouët, commune d’Ille-et-Vilaine comptant 602 habitants, comparaît devant le tribunal administratif de Rennes ce jeudi pour avoir pris un arrêté interdisant l'usage de produits phytosanitaires près des habitations. Face à l’initiative de l’élu local, Cédric Henry, président de la FDSEA brétillienne, dénonce une « dictature permanente des fantasmes » et les « injonctions autoritaires et racoleuses d’élus qui dressent leur population contre des paysans ».

Plusieurs maires de France ont pris des arrêtés interdisant l'usage agricole des produits phytosanitaires près des habitations. En 2012, le tribunal administratif de Lyon avait annulé un arrêté similaire.Plusieurs maires de France ont pris des arrêtés interdisant l'usage agricole des produits phytosanitaires près des habitations. En 2012, le tribunal administratif de Lyon avait annulé un arrêté similaire. (©Fotolia) 

« Langouët est devenu depuis quelques temps le symbole d’une résistance et d’une opposition citoyenne à l’utilisation des produits phytosanitaires. Comme Sivens en son temps ou Notre-Dame-des-Landes sur d’autres sujets.

Ces mouvements contestataires peuvent être utiles et ont parfois le mérite de faire avancer les débats sur des questions de société, des questions primordiales qui nous touchent tous, comme la santé, la biodiversité, la ressources en eau ou la qualité de l’air.

Pour autant, je ne peux pas admettre ce qui se passe à Langouët. Nous sommes face à un maire qui outrepasse ses droits. À quel titre, un maire pourrait-il se substituer à un ministre ? La préfète a eu raison de demander le retrait de cet arrêté. Accepter de telles pratiques reviendrait à ouvrir la boîte de pandore, ce serait le retour des barons locaux et du règne des seigneurs sur leurs serfs.

Installé en Gaec, Cédric Henry est producteur de lait, de volailles et de céréales sur la commune de Paimpont. Il est président de la FDSEA d'Ille-et-Vilaine. Installé en Gaec, Cédric Henry est producteur de lait, de volailles et de céréales sur la commune de Paimpont. Il est président de la FDSEA d'Ille-et-Vilaine. (©FDSEA 35)

En voulant interdire les produits phytosanitaires, on fait croire au citoyen français que la production agricole nationale peut être entièrement bio. Pensez-vous que tous les ménages sont prêts aujourd’hui à manger 100 % bio et français, qui en aurait vraiment les moyens ? Qui a fait aujourd’hui la démonstration que nous pourrions maîtriser nos productions végétales sans aucun produit de synthèse à grande échelle ? Qui a fait cette démonstration en intégrant les coûts de production et la pénurie de main d’œuvre ? Personne. La question de l’utilisation des produits phytosanitaires, comme d’autres d’ailleurs (bien-être animal, contribution de l’agriculture à l’effet de serre, les OGM...), nécessite davantage de réflexion, d’objectivité et d’honnêteté intellectuelle.

Prétexte fondé, mais mesure inappropriée et inacceptable

Imaginez-vous demain un maire prenant un arrêté qui interdit à ses administrés la consommation de médicaments et de contraceptifs au prétexte que des perturbateurs endocriniens se retrouvent dans l’eau du robinet. Même si le prétexte est fondé, la mesure est inappropriée et inacceptable.

Et un autre maire qui prend un arrêté interdisant l’épandage de boues de station d’épuration sur sa commune au prétexte qu’elles contiennent des métaux lourds. Là encore, le prétexte est fondé, mais la mesure inappropriée. Que ferait-on des montagnes de boues que les villes et les métropoles envoient vers nos campagnes ?

Nous sommes dans une dictature permanente des fantasmes, dans une course à l’échalote pour savoir qui va laver plus blanc que blanc.

Nous sommes dans une dictature permanente des fantasmes, dans une course à l’échalote pour savoir qui va laver plus blanc que blanc. Qui sera le plus exemplaire, le plus vert ? La profession agricole propose des solutions, des compromis, des avancées mais ce n’est jamais assez. Nous travaillons avec du vivant, avec le climat, nous prenons des risques pour nourrir des millions de consommateurs. Nous devrions avoir le soutien et l’admiration de tous les élus, sans exception. Au lieu de cela, certains élus cultivent l’exclusion, la stigmatisation en faisant rêver leurs électeurs. Ils promettent la lune, font la promotion de fantasmes et cultivent la peur.

Je suis d’accord pour que nous, les professionnels, la recherche, les industriels, les consommateurs, les citoyens et les élus, nous unissions nos intelligences, nos expériences, nos connaissances du terrain pour imaginer et tester de nouvelles solutions qui répondent aux attentes citoyennes tout en garantissant notre revenu. C’est le principe du « contrat de solutions » imaginé par notre syndicat (la FNSEA, ndlr). Mais je m’opposerai toujours fermement aux injonctions autoritaires et racoleuses d’élus qui dressent leur population contre des paysans qui ont choisi de pratiquer une agriculture conventionnelle et raisonnée. »


© Tous droits de reproduction réservés - Contactez Terre-net

Tags

A lire également

Chargement des commentaires


Contenu pour vous